Le ministère exclut toute réouverture des confirmations d’inscriptions aux concours. « Cela provoquerait un mouvement de panique et entraînerait des difficultés sur le serveur. » Le ministère dément d’ailleurs tout « bug informatique ». Il souligne également que les candidats pouvaient confirmer leur inscription entre le 12 et le 25 novembre 2004. « Les difficultés de connexion concernent les candidats qui ont attendu le dernier moment », ajoute-t-il. Le SNES-FSU estime que « la fin de non-recevoir opposée par le ministère aux candidats qui n’ont pu confirmer leur inscription aux concours de recrutement (…) ne contribue pas à conforter la confiance de l’ensemble des candidats et étudiants dans la nouvelle procédure internet mise en place cette année par le ministère ». Le syndicat souhaite donc la réouverture des serveurs de confirmation d’inscription. Pour sa part, la Société des agrégés demande au ministère qu’il « adresse la confirmation de leur inscription à tous ceux des candidats que le dysfonctionnement dénoncé a placés dans l’impossibilité de confirmer leur inscription par internet ». Enfin, pour le SE-UNSA, il serait incompréhensible que « des étudiants, dont certains inscrits en première année d’IUFM, soient interdits de concours par un bug technique. »