Réaction de Philippe Meirieu à la loi pour l’avenir de l’école

- Le directeur de l'IUFM de Lyon s'exprime à titre personnel

Philippe Meirieu, professeur en sciences de l’éducation, directeur de l’IUFM de Lyon s’exprime à titre personnel sur l’avant-projet de loi pour l’avenir de l’école. Il se dit notamment étonné que cet avant-projet de loi se réduise à « une série de petites modifications de la loi de 1989 ». Philippe Meirieu dénonce également un texte illisible pour le citoyen et qui ne donne pas l’impulsion politique dont les enseignants ont besoin. Il insiste sur l’article qui traite des « objectifs et des missions de l’enseignement scolaire ». Le changement vient du fait que la loi de 1989 établissait un droit de l’enfant à l’instruction, parlait d’éducation des élèves et concluait par l’apprentissage de l’exercice de la citoyenneté à l’école. Or, l’actuel avant-projet supprime la référence au droit de l’enfant, parle de formation scolaire, place l’autorité des professeurs au premier plan, évoque le travail nécessaire et la mise en valeur des qualités personnelles et des aptitudes de l’élève. Pour Philippe Meirieu, cela est inquiétant car les problèmes ne seront pas résolus avec simplement de l’autorité et du travail. Le directeur de l’IUFM de Lyon se déclare par ailleurs favorable à une réforme du baccalauréat, mais se dit scandalisé par la suppression des TPE (travaux personnels encadrés) en terminale et par la réforme proposée par le ministère.

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.