Enseignement du fait religieux : ‘un faux consensus de politesse’, pour Régis Debray

- ''il faut passer d'une laïcité d'incompétence à une laïcité d'intelligence''

« Il n’y a pas de consensus ou plutôt il y a un faux consensus, de politesse, de façade » concernant l’enseignement du fait religieux, a regretté Régis Debray, auteur du rapport de février 2002 « L’enseignement du fait religieux dans l’école laïque« , lors d’une conférence donnée sur ce thème, mercredi 24 novembre 2004, à l’université Toulouse-I Sciences sociales. Il parle d’une double résistance : celle des clergés qui pensent qu’ « évoquer le fait religieux indépendamment du sens qu’ils lui donnent, revient à désacraliser le sacré ». Et celle des laïcistes qui voient dans cet enseignement « le cheval de Troie du cléricalisme ». Pourtant, selon lui, il est important de « prendre au sérieux la chose religieuse et surtout de la comprendre pour essayer de passer d’une laïcité d’incompétence à une laïcité d’intelligence ». Il estime d’ailleurs que « la naissance du fait religieux comme objet de connaissance, c’est le début de la République. Enfin, il critique la position adopté par Nicolas Sarkozy. En effet, dans son livre, le ministre estime que les commentaires des textes religieux sont difficiles à mettre en oeuvre de manière neutre et objective. Une position très critiquable, selon Régis Debray, car il met alors en doute la capacité de l’enseignant à prendre du recul. Ainsi, « Est-on kantien quand on enseigne Kant, platonicien quand on étudie un texte de Platon ou monarchiste quand on enseigne la monarchie ? « , ironise-t-il.

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.