A l’appel du SNPDEN (syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale), près de 130 principaux, proviseurs et proviseurs adjoint ont manifesté, mercredi 13 octobre 2004, devant le rectorat de Montpellier. Les revendications portaient sur les difficultés rencontrées par les principaux et proviseurs dans leur travail, sur le « manque de reconnaissance de la hiérarchie par manque de consultation des personnels de direction ». Par cette action, les manifestants ont voulu mettre en évidence une « volonté de défense du service public d’éducation » et ont demandé la « création de postes ».