Bernard Toulemonde, inspecteur général de l’Éducation nationale et ancien recteur participait aux Journées nationales de l’Éducation de Rennes. Il a constaté l’affaiblissement de l’Etat, qui ne joue plus « ‘son rôle de régulateur ». La montée en puissance des régions et l’autonomie grandissante dans l’Education Nationale induisent des changements. Il invoque notamment un problème d’adéquation entre la culture scolaire et la culture des élèves. Selon lui, le traitement des élèves ne peut plus être égalitaire, mais doit tenir compte de leurs différences. De plus, il estime que l’autonomie donnée aux établissements publics locaux d’enseignement (EPLE) va à l’encontre des habitudes du système scolaire et de ses réflexes centralisateurs. L’inspecteur général explique que le modèle de l’école primaire est en train d’être transposé sur le modèle du second degré. La solution, selon Bernard Toulemonde, serait le « pilotage partagé des établissements » pour mettre en œuvre des projets d’établissement, des projets académiques ou des projets éducatifs locaux.