SE-UNSA : un accord sans aucune concertation préalable

- la FSU et le SE-UNSA réagissent à la signature du protocole d’accord contre les violences scolaires

« Si la lutte contre la violence à l’école nécessite aussi une meilleure collaboration avec différents services, celle-ci ne saurait se substituer à un travail éducatif de fond au sein des établissements scolaires », a déclaré la FSU, lundi 4 octobre 2004, suite la signature d’un protocole d’accord sur la violence scolaire entre les ministères de l’Éducation nationale et le ministère de l’Intérieur. « On peut légitimement s’interroger sur les intentions réelles des deux ministres lorsqu’on constate qu’en trois ans, trente mille jeunes adultes, dont le rôle était précisément de renforcer l’encadrement éducatif des élèves, auront été retirés des écoles, collèges et lycées », a ajouté le syndicat.
De son côté, le SE-UNSA a déploré que le protocole d’accord « n’ait fait l’objet d’aucune concertation préalable au sein de l’Éducation nationale ». Celui-ci « pourrait introduire un inquiétant infléchissement dans la lutte contre les violences en milieu scolaire s’il devait court-circuiter les missions jusque-là dévolues aux CESC (comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté) « . Ces derniers, créés par un texte du 2 octobre 1998, proposaient de faire face à la violence par une organisation collective et des partenariats renforcés.

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.