Le collectif « Sauvez les lettres » lance une pétition pour le renforcement de l’apprentissage du français en primaire et au collège. Ce collectif dénonce la réduction des horaires depuis les années 70. Selon ces militants, en 1976, un élève qui sortait du collège, avait reçu 2 800 heures d’enseignement du français depuis son entrée au cours préparatoire. En 2004, il en a reçu 800 de moins, soit deux années et demie. Le collectif « Sauvez les lettres » estime que l’éducation ne plus être centrée sur l’enfant mais sur les connaissances, telles que la lecture, le vocabulaire ou le calcul. Le système « ne donne pas aux élèves les outils fondant le mérite scolaire » selon les auteurs de la pétition. Ils dénoncent un danger moral pour la société en raison de l’amoindrissement des capacités civiques et de la pensée simplifiée qui découlent, selon eux, de la baisse des horaires de français.