Master Laïcité : objectifs de la formation

Responsable du master Laïcité (voir notre article précédent), unique en France, qui vient d’ouvrir ses portes à la faculté d’Aix, Blandine Chelini-Pont répond à nos questions.

Existe-t-il déjà des diplômes sur la laïcité ?

Blandine Chelini-Pont : Non. Ni en France, ni ailleurs. Des mémoires universitaires ont été consacrés à l’étude de la liberté religieuse par exemple, des colloques sur la gestion et l’administration des cultes ont été organisés. Mais en termes de formation, rien n’a été fait sur la laïcité. La raison en est simple : en France, la laïcité est une « question réglée ». Et dans l’Education nationale, depuis la loi de 1905, on ne se posait plus la question : l’école est laïque, c’est acquis. Or depuis peu, la laïcité n’est plus une évidence : et face à cette remise en cause, on est bien démuni. D’autant que la liberté religieuse est un droit également fondamental en France…

Une formation spécifique en droit serait donc utile, pour aider à trouver des solutions ?

B C-P : Bien entendu. Car on se trouve confronté à des difficultés au quotidien : à l’école, en entreprise, à l’hôpital. Seule la Fonction Publique est épargnée, car ses agents doivent respecter le principe de neutralité.

Qu’apporte le master dans le cadre de ces tensions ?

B C-P : L’objectif est de former des techniciens de la jurisprudence, armés pour gérer des situations au cas par cas, vu la situation contradictoire en France : la principe d’un état laïc, non confessionnel, où la liberté religieuse s’exerce de plein droit. Concrètement, la loi Kouchner de mars 2002, par exemple, dans le cas du refus des malades de se faire soigner, préconise le dialogue et d’aller le plus possible dans le sens du patient. Oui, mais si sa vie est en danger ? La loi ne tranche pas. Ce ne sont que des cas concrets qui peuvent servir de référence.

Pour cette première session, qui sont vos candidats ? …Et comptez-vous des personnels de l’Education nationale, parmi eux ?

B C-P :
Sur les inscrits de cette première cession, j’ai des personnes travaillant dans des associations religieuses, des juristes, des universitaires…mais pas, pour le moment, de candidat venant de l’Education nationale. Mais cette formation débute juste, il faut lui laisser le temps de se faire connaître !

Partagez l'article

Google

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.