La décentralisation apporte des retouches

- Point de vue d’André Legrand, ancien recteur d'Académie

André Legrand, professeur à l’université de Paris-X Nanterre, ancien recteur d’Académie, ancien directeur des lycées et collèges, puis des écoles au ministère de l’Education nationale, estime que la loi relative aux libertés et aux responsabilités locales n’apporte que des retouches aux précédentes lois de décentralisation « sans ambitions d’ensemble » en matière d’éducation. Le transfert des TOS, l’intercommunalité éducative, et dans une moindre mesure, la sectorisation scolaire, sont les principaux apports de cette loi. Mais l’état garde la compétence de décider de la politique éducative globale, et fixe l’organisation et le contenu des enseignements, tandis que les collectivités territoriales participent largement au financement du fonctionnement de l’éducation et à la gestion des offres de formation. Une organisation assez peu lisible, selon André Legrand, et qui devrait contribuer à maintenir un pouvoir fort au niveau central. Il estime aussi que le transfert des personnels TOS aux départements et aux régions, va confronter les régions à des tâches de gestion qui ne leur sont pas familières.

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.