Le SCENRAC-CFTC (Syndicat CFTC de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche) a dénoncé lundi 30 août 2004, « la dégradation préoccupante des conditions d’enseignement due à une recrudescence de la violence dans [les] établissements scolaires au premier semestre 2004 ». Il « réclame pour tous les établissements publics une autonomie réelle de fonctionnement, sans laquelle les causes qui favorisent la violence ne pourront que se renforcer » et ne voit de « solution efficace et durable que dans la constitution d’équipes pédagogiques cohérentes et stables ».

Autre point de discorde : la « mesure vexatoire et contre-productive de la direction du [musée du] Louvre, qui entend priver les enseignants de la gratuité de l’entrée dans le musée ». « Réserver la gratuité aux professeurs ‘qui amènent des élèves’ réduit le musée du Louvre à un simple niveau mercantile », a conclut le syndicat.