Pour ou contre les cahiers de vacances ?

Qu'il s'agisse d'aider les élèves à rattraper leur retard ou, au contraire, à prendre de l'avance sur le programme, les cahiers de vacances sont très souvent plébiscités par les familles. Les enseignants estiment toutefois que cet usage doit être fait avec discernement. Explication.

En moyenne, 2,5 millions de cahiers de vacances sont vendus chaque été. Des chiffres en baisse depuis trois ans, notamment parce que les enseignants sont sceptiques quant à leur efficacité. Du coup, ils les prescrivent de moins en moins. Principale critique : le cahier de vacances aurait tendance à avantager les meilleurs élèves, donc à accentuer l’écart avec les moins bons. « Les parents les plus susceptibles d’acheter des cahiers de vacances sont en général très investis dans l’École, commente Marie1, professeur des écoles à Bordeaux. Ils surveillent les devoirs de leurs enfants… qui, bien souvent, ont de bons résultats scolaires. En continuant à travailler l’été, ces élèves font leur rentrée avec une petite longueur d’avance sur les autres ».

Risqué pour les élèves en difficulté

Finalement, c’est pour les élèves en difficulté que la question se pose réellement. Faut-il, oui ou non, prescrire le cahier de vacances ? Difficile à dire. En fait, tout dépend du public concerné. « Lorsque les parents sont un peu démunis face aux difficultés scolaires de leurs enfants, on peut proposer cette option, suggère Pascale Chaix, professeur des écoles et Maître formateur à l’IUFM de Créteil. Grâce aux corrigés, les gamins peuvent travailler de manière autonome, sans faire appel aux parents. Cela peut leur permettre de rester en lien avec l’École. »

Pour les élèves « fâchés » avec le système scolaire, conseiller de recourir au cahier de vacances est plus délicat. On court le risque de braquer l’élève encore davantage. Comme à l’École, il reste en effet face à ses difficultés sans parvenir à les surmonter. Le problème est encore plus crucial lorsque l’élève ne part pas en vacances. « Pour ce type d’élève, indique Marie, le cahier de vacances n’arrange rien. D’autant que les parents peuvent ne pas avoir les bons réflexes, la bonne approche pédagogique pour encadrer le travail de l’enfant. Dans ce cas, je serais tentée de dire aux parents que les vacances, c’est aussi fait pour se reposer ».

Le routard et le foot à la rescousse

À l’approche des vacances, Pascale Chaix est souvent sollicitée par des parents qui comptent sur cette période pour que les enfants rattrapent leur retard. « Ils me demandent ce qu’ils peuvent faire. S’ils partent en vacances, je leur conseille d’acheter un guide du routard, de faire des ballades et de s’intéresser à la faune, à la flore et au patrimoine de la région dans laquelle ils se trouvent… » Et pour ceux qui ne partent pas, Pascale fait preuve d’astuce. Cette année, elle a conseillé à un parent d’acheter… des magazines de foot ! « L’élève concerné n’est absolument pas scolaire, explique-t-elle, mais il a une passion : le football. Avec un peu de chance, s’il fait l’effort de lire des magazines qui l’intéressent, cela lui permettra de ne pas oublier les acquis en lecture qu’il a déjà eu tant de mal à assimiler au cours de l’année ! »

Laëtitia de Kerchove

(1) Son nom a été changé (NDLR)

En savoir plus

Les cahiers de vacances ont été créés en 1936 par les éditions Magnard. Depuis, la formule a fait des émules. Mais un tri s’impose. Les valeurs sûres sont éditées par les maisons d’éditions spécialisées, comme Hachette, Bordas, Hâtier, Magnard ou Nathan. La plupart respectent le programme et l’abordent par thèmes, ce qui correspond à l’approche pédagogique transversale qu’utilisent de plus en plus les enseignants.

Envie de le dire

Etes-vous pour ou contre les cahiers de vacances ? Pour quelle(s) raison(s) ?

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.