Vers l’évaluation des établissements supérieurs

- Le directeur de l’enseignement supérieur plaide en faveur de l’évaluation

L’évaluation des établissements supérieurs est « indispensable et doit servir de base à la puissance publique. » C’est ce qu’a déclaré Jean-Marc Monteil, le directeur de l’enseignement supérieur au ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, vendredi 11 juin 2004, à Dijon, à l’issue du colloque organisé par le CNE (Comité national d’évaluation). Selon lui, l’évaluation peut aider les établissements à définir leurs objectifs, si cette évaluation est « formative » et ne constitue pas une « sanction ». Il plaide ainsi en faveur d’une évaluation interne et externe, notamment pour pouvoir comparer les objectifs et les résultats. Les acteurs du système, en particulier les enseignants-chercheurs, doivent être aussi évalués pour voir « la façon dont ils remplissent eux-mêmes les objectifs ». Il souhaite que les enseignants-chercheurs ne soient pas uniquement évalués sur leur activité de recherche, mais également sur la formation et la diffusion scientifique.

Le directeur du Comité national d’évaluation, Gilles Bertrand, indique pour sa part que « l’évaluation permet de donner une réputation à un établissement. Car si certains ont bonne réputation et d’autres une mauvaise, la plupart n’en ont pas. » Il ajoute : « L’évaluation doit éclairer les choix stratégiques des établissements car ils ne sont pas tous ancrés dans un même modèle même s’ils relèvent de la même loi. » Toutefois, l’insuffisance des bases de données reste un problème pour le CNE. Le comité n’a pas encore trouvé de forme stable pour l’évaluation des programmes. Il y a également un problème sur les rythmes. Son directeur avoue : « le CNE devrait évaluer les universités tous les quatre ans, ce qu’il n’a réussi à faire que pour trois établissements. Il faut trouver le bon moment, pas trop tôt après la signature du contrat et pas trop tard pour pouvoir préparer le suivant. » Le comité propose ainsi de faire passer la durée des contrats à six ans et de faire intervenir l’évaluation à mi-parcours. La participation des étudiants à l’évaluation est également envisagée.

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.