L’orientation scolaire en question.

Accroître la lutte contre la reproduction des inégalités sociales à l’école

Le Haut conseil de l’évaluation de l’école a rendu cette semaine son rapport annuel ainsi que deux études : l’une porte sur « l’appréciation des compétences des élèves en lecture et en écriture et l’évolution des ces compétences dans le temps », l’autre sur « l’évaluation de l’orientation à la fin du collège et du lycée ». Christian Forrestier, le président du HCEE indique ainsi que c’est « sur l’orientation que se focalise la plupart des insatisfactions au sujet de l’école ». « En effet, à niveau scolaire équivalent, l’âge, le sexe et l’origine sociale des élèves sont déterminants. En clair dans le système scolaire français aujourd’hui, il vaut mieux être un garçon de cadres supérieurs en avance, qu’une fille d’ouvriers en retard ! L’école ne corrige pas les inégalités sociales, et parfois même, elle les aggrave. Le processus d’orientation devrait au contraire aller à l’encontre de cette tendance. »

Pour le Haut conseil, l’école doit donc retrouver sa vocation à promouvoir tous les élèves, quelle que soit leur origine sociale. Le rapport indique qu’il faudrait tenir compte des besoins sociaux et économiques du pays et s’interroger davantage sur les projets personnels des élèves. « Si ces projets sont contestables, ils doivent être contestés », selon Christian Forrestier qui constate que « les vœux des familles sont fortement influencés par la communauté scolaire. » La deuxième étude du Haut conseil de l’évaluation de l’école revient sur les compétences des élèves en lecture et en écriture. Il insiste sur le fait que « les évaluations-bilans sont nécessaires » et qu’elles « devraient davantage permettre de mesurer le processus dynamique de l’acquisition des compétences. »

Pour l’année scolaire 2004-2005, le Haut conseil de l’évaluation scolaire compte se pencher sur les évaluations internationales et sur leur apport à l’évaluation du système éducatif français. Le deuxième dossier évaluera les compétences des élèves français en mathématiques, sciences physiques et technologie à l’issue de la scolarité obligatoire. Le Haut conseil s’intéressera aussi au grand échec scolaire, au redoublement et aux travaux, en liaison avec la scolarité, effectués par les élèves en dehors de l’école.

Source : AEF

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.