De professeur des écoles à conseiller pédagogique de circonscription (CPC)

Si sa fonction première est l’assistance et le suivi des professeurs des écoles débutants, le CPC n’est pas qu’un simple formateur. Il apporte son savoir-faire pédagogique dans les écoles, participe activement aux projets éducatifs et joue un rôle auprès des intervenants extérieurs. Son regard est essentiel.

Les démarches


 


Le conseiller pédagogique de circonscription (CPC) est un rouage essentiel de l’école primaire. Travaillant sous la responsabilité de l’inspecteur de l’éducation nationale (IEN), il ne doit pas être confondu avec le conseiller pédagogique d’établissement du secondaire1 (PCP, Professeur conseiller pédagogique).


 


Pour pouvoir postuler à cette fonction, il faut être titulaire du Certificat d’aptitude aux fonctions d’instituteur ou de professeur des écoles maître formateur (CAFIPEMF). Ce concours est ouvert aux professeurs des écoles qui ont enseigné au minimum pendant cinq ans à temps complet. L’obtention du concours permet de devenir indifféremment maître formateur en IUFM ou CPC. L’expérience montre toutefois qu’il est préférable d’avoir exercé au préalable en tant que maître formateur avant de devenir CPC.


 


Les conseillers pédagogiques peuvent être généralistes ou spécialistes. Plusieurs options de spécialisations sont offertes par le CAFIPEMF : éducation musicale, arts plastiques, langue et culture régionale, langues vivantes étrangères, éducation physique et sportive, et enfin technologies et ressources éducatives. Alors que les conseillers généralistes ne travaillent que dans une seule circonscription, les conseillers pédagogiques spécialisés peuvent en couvrir plusieurs : ce sont des conseillers inter-circonscriptions.


 


Le témoignage


 


Geneviève Ravet est conseillère pédagogique en éducation musicale depuis vingt ans. Avant d’obtenir ce poste, elle a suivi un parcours classique : institutrice pendant cinq ans, puis maître formateur à l’Ecole Normale de Lyon pendant sept ans. En 1984, elle passe avec succès les épreuves de spécialisation « éducation musicale ». Elle devient alors l’une des rares représentantes de cette spécialité en France2.


 


De sa voix chantante, Geneviève Ravet dresse le bilan de ce parcours : “En 20 ans de carrière, j’ai suivi de près la transformation du métier : nous sommes passés d’une mission purement pédagogique auprès des jeunes maîtres, à un travail d’élaboration de projets artistiques avec des structures culturelles. Pour ma part, j’ai toujours cru que l’on ne pouvait se passer de la présence des artistes dans les classes“. Elle a d’ailleurs fait de cette conviction le moteur de son travail.


 


Sa mission, qui s’étend sur tout le département, se décline en trois tâches principales : l’aide à la formation des enseignants3, les actions avec les enfants et la mise en relation de l’école avec des artistes. Comme tous les CPC, sa fonction première reste donc l’assistance et le suivi des enseignants débutants. Elle les conseille et les aide à intégrer les nouveaux programmes et les dernières directives. Elle fait donc le lien entre la pratique et les savoirs théoriques. Geneviève Ravet est également à l’origine de nombreux ateliers et projets. “L’essentiel est de développer des actions de partenariat qui permettent une pratique active des enseignants, explique-t-elle. Ce sont souvent des pratiques hors temps scolaire, comme les deux chorales d’enseignants que j’ai mises en place à Miramas et à Marseille, ou encore les séances pédagogiques de “clés d’écoute“, qui, avant les concerts donnés dans le cadre d’un café musique, permettent d’éclairer les auditeurs sur ce qu’ils vont entendre.


 


Très sensible à la participation des intervenants extérieurs dans les classes, Geneviève Ravet veille toujours à encadre le discours de l’artiste : “L’éducation musicale est un apprentissage fondamental. Je m’efforce de laisser s’exprimer les artistes sans pour autant dénaturer le message de l’école de la république“.


 


                                      Marie-Laure Maisonneuve

 


(1)Pour en savoir plus sur le conseiller pédagogique du secondaire, lire le « Livret du conseiller pédagogique » édité par l’académie de Créteil.


(2) On dénombre actuellement 230 conseillers pédagogiques en éducation musicale sur l’ensemble du territoire national. Le total des CPC s’élève quant à lui à environ 3500.


(3) Geneviève Ravet intervient auprès de 1800 instituteurs. Dans le département des Bouches-du-Rhône, on compte en effet 6 conseillers pédagogiques en éducation musicale pour 10 000 instituteurs.

En savoir plus

– Association nationale des conseillers pédagogiques (ANCP) : 41 rue des Poivriers 97400 Saint-Denis, >> site


– “Fonctions et missions du conseiller pédagogique de circonscription“, note de service n°96-107 du 18 avril 1996, B.O. n°18 du 2 mai 1996, consultable dans le réseau CNDP ou sur le Web.


– Cahiers pédagogiques, n°390, hors série, janvier 2001.


– Détail des épreuves du CAFIPEMF : >> site

Partagez l'article

1 commentaire sur "De professeur des écoles à conseiller pédagogique de circonscription (CPC)"

  1. Siffo Emmanuel  2 mars 2018 à 16 h 38 min

    Merci vraiment cela m’a édifié, en fait je suis étudiant en master 2 didactique des disciplines options conseiller pédagogique à l’Université de Yaoundé 1. Ce domaine de conseiller pédagogique est nouveau chez nous du fait que ceux qu’on a n’ont pas de formation requise si oui formé sur le tas.
    Je voudrais faire mon mémoire et plus tard ma thèse sur ce concept de Conseiller Pédagogique. Donc m’orienter sur les articles, les auteurs, les livres vraiment me feront ravis… En passant est ce possible d’avoir le livre : *livret du conseiller pédagogique* édité par académie de Créteil ?Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.