Alors que la majorité des conseils régionaux préparent la gratuité des manuels scolaires pour les lycéens, les éditeurs scolaires et les libraires annoncent leur préférence pour les dispositifs d’achat ou de location des livres scolaires par les familles, adossés à des cartes à puce ou des chèques livres, plutôt que pour des achats directs de la part des établissements scolaires. Selon l’OGRE (Observatoire de la gratuité en région pour l’éducation), créé par le SNE (Syndicat national de l’édition) et les syndicats des libraires évoque « les coûts de gestion réduits pour la région » et la préservation de « l’équilibre fragile d’acteurs essentiels du tissu associatif et économique local des secteurs éducatifs et culturels ». L’OGRE estime à 30% la proportion de fermetures des points de vente dans les régions qui ont adopté un dispositif d’achats directs par les établissements.