« Excès de pouvoir », « opacité » et « rupture de l’égalité de traitement « : tels sont les reproches faits par le syndicat SNETAA-EIL à l’expérimentation à Toulouse et Montpellier d’une « nouvelle gestion des promotions » pour le passage à la « hors-classe » des professeurs de lycées professionnels. Les promotions ne sont plus attribuées par rapport à des normes nationales mais « en fonction de la réalité de l’investissement professionnel ». Le syndicat attend le jugement du tribunal administratif auprès duquel il a déposé un recours en urgence.