« En français, les filles réussissent significativement mieux que les garçons, alors qu’en mathématiques, on observe le phénomène inverse. » C’est l’une des conclusions que tire le ministère de l’Éducation nationale des évaluations 2003 en 6ème. Les écarts entre enfants d’ouvriers et enfants de cadres sont aux alentours de « 15 points », une différence qui expliquerait « le faible score des élèves de ZEP ». « Toutes choses égales par ailleurs », il n’y a pas d’écarts significatifs « entre les élèves scolarisés dans un établissement privé et les élèves scolarisés dans un établissement public hors ZEP ».


 


La note d’information qui rassemble ces conclusions est téléchargeable sur www.education.gouv.fr/stateval