Internet sous contrôle à l’école

Conscient du rôle croissant d’Internet dans les activités scolaires, le ministère de l’Education nationale souhaite souligner et prévenir les risques associés à son usage par les élèves. A cette fin, il vient d’annoncer une série de mesures d’accompagnement destinées à faciliter le travail des équipes pédagogiques.

Au B.O. n° 9 du 26 février 2004 : Usage de l’Internet dans le cadre pédagogique et protection des mineurs.


 


Considéré comme une priorité nationale par l’Etat, le développement de l’Internet n’est pas sans poser problème auprès des mineurs1 et plus particulièrement à l’école. Celle-ci doit effectivement lutter contre la « fracture numérique », sans oublier pour autant les impératifs de sécurité qu’impose l’usage d’Internet. C’est la raison pour laquelle le ministère de l’Education nationale a mis en place une série de mesures visant quatre objectifs : l’aide aux établissements et aux équipes éducatives, la formation des enseignants et des élèves, la mise en place d’une chaîne d’alerte et enfin l’accompagnement du dispositif lui-même.


 


Une « liste noire » de sites web


 


L’aide aux établissements concerne surtout la mise à leur disposition d’outils de contrôle de la navigation sur Internet. Ces outils logiciels s’appuient généralement sur le respect d’une « liste noire » de sites désignés comme inappropriés2. Dans certains cas, on pourra, à l’inverse, utiliser une « liste blanche » limitant la navigation web à quelques sites choisis.


 


D’autre part, le ministère incite les établissements à mettre en place des actions de formation et de sensibilisation des élèves et des personnels, en s’appuyant sur les relais académiques des Conseillers aux technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (CTICE)3. Les établissements sont également invités à contractualiser l’usage de l’Internet en annexant à leur règlement intérieur une charte d’utilisation4 qui devra être signée par les élèves et leurs parents dans le cas des élèves mineurs.


 


Une chaîne d’alerte


 


Pour réagir efficacement aux incidents qui pourront survenir (découverte d’un site inapproprié, besoin d’une assistance psychologique, etc.), une procédure de chaîne d’alerte a été mise en place. Elle vise à faire remonter l’information depuis les utilisateurs jusqu’à une cellule nationale de coordination, via le chef d’établissement et une cellule académique. Une fois traitée, cette information permet notamment de mettre à jour les listes noires.


 


Deux éléments visent à l’accompagnement global de ces mesures. Un formulaire en ligne devra être rempli par les chefs d’établissement afin d’évaluer l’ensemble du dispositif national. Enfin, un guide a été élaboré afin d’aider les acteurs à mener à bien ces mesures.


 


                                              Christophe Gazeau


 


(1) Mis en ligne récemment, le site www.mineurs.org a pour objectif de recenser les informations et les projets liés à la sécurité des mineurs sur Internet.


(2) Gérée par l’université de sciences sociales de Toulouse I, cette liste noire nationale de référence est détaillée sur le site Educnet.


(3) Leurs coordonnées sont accessibles sur les sites web des académies.


(4) Une charte nationale type est accessible sur le site Educnet.

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.