Rentrée 2004 : Les fondamentaux avant tout

La circulaire préparatoire à la rentrée 2004 vient d’être publiée. Elle fixe les objectifs de la politique éducative, de l’école au lycée. Le point sur les priorités affirmées par ce texte.

Au B.O. n° 6 du 5 février 2004 : la préparation de la rentrée 2004 dans les écoles, les collèges et les lycées


 


A l’exception de quelques mesures pouvant être issues du grand débat ou de la mise en place de la décentralisation, la rentrée 2004 devrait être placée dans la continuité de la politique éducative en cours.

 

Elle préconise de favoriser l’apprentissage des langues vivantes dès l’école primaire, en insistant sur la nécessité de créer une continuité de cet enseignement entre le primaire et le collège en fonction des zones géographiques concernées. L’allemand sera par exemple privilégié en Alsace, l’espagnol en Midi-Pyrénées, etc. Pour cela, le texte recommande la mise en place de pôles linguistiques inter-établissements « permettant d’assurer la continuité et la qualité de tels enseignements », notamment « au profit de langues moins enseignées ».

 

Le texte signale également que toutes les possibilités de commencer l’étude d’une seconde langue vivante avant la classe de 4ème seront encouragées. Cette volonté, pour intéressante qu’elle soit, n’est pas sans susciter quelques interrogations après la divulgation, voici quelques semaines, d’un projet d’arrêté concernant la classe de 3ème, qui prévoit de rendre optionnelles plusieurs disciplines fondamentales, jusqu’ici obligatoires, dont la seconde langue vivante1.

 


Lutter contre l’illettrisme


 


Le texte met ensuite l’accent sur la nécessaire acquisition des connaissances élémentaires. De ce point de vue, la prévention de l’illettrisme restera bien la première priorité en 2004, en particulier en CP et en CE1. Pour en mesurer les résultats, une nouvelle évaluation sera proposée à titre expérimental en CE1 dès l’année prochaine. Dans les endroits où elle sera menée, elle ne concernera qu’un nombre limité d’élèves, en décalage par rapport aux attentes de cette classe. Après analyse des résultats, des dispositifs temporaires (regroupements d’adaptation, prise en charge de groupes par des maîtres supplémentaires…) pourront être mis en place pour permettre aux élèves en difficulté d’acquérir les connaissances de base dans des conditions adaptées à leur situation.


 


Mieux former les enseignants


 


Pour accompagner et favoriser la mise en place de cette politique, l’accent sera mis sur la formation continue. Corps d’inspection et conseillers pédagogiques doivent, en effet, pouvoir répondre au mieux aux interrogations des enseignants face aux réformes en cours et aux difficultés qu’ils rencontrent. Un plan d’accompagnement, s’appuyant sur des universités d’été et des séminaires nationaux, sera donc annoncé dans les semaines qui viennent. Des actions de formation seront également engagées en faveur des maîtres impliqués dans le dispositif de prévention de l’illettrisme en CP et en CE1.


 


Réduire les sorties sans qualification


 


Collèges, lycées et lycées professionnels n’échappent pas aux objectifs d’efficacité visant à éviter l’exclusion. L’accent est ainsi mis sur la prévention des sorties sans qualification des élèves de plus de 16 ans. L’objectif du plan national d’action pour l’inclusion sociale (PNAI) est donc réaffirmé. Il vise à réduire de 10.000 par an le nombre des sorties prématurées. « Des actions d’accueil et de remotivation » seront menées dans le cadre de la mission générale d’insertion (MGI).


 

(1) Sur ce point, voir notre article du 2 février 2004.

Partagez l'article

Google

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.