« On assiste, depuis quelques décennies, à une déstructuration du rythme alimentaire dans le milieu scolaire, notamment à l’école maternelle, avec l’instauration d’un véritable moment de prise alimentaire supplémentaire » matinale, constate l’AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments), dans un rapport rendu public à l’occasion du Salon de l’agriculture: « La collation du matin à l’école, de par sa composition, son horaire, son caractère systématique et indifférencié, n’est pas justifiée et ne constitue pas une réponse adaptée à l’absence de petit-déjeuner. Le souci de pallier l’insuffisance des apports matinaux observés chez une minorité d’enfants aboutit à un déséquilibre de l’alimentation et à une modification des rythmes alimentaires et cette prise alimentaire supplémentaire est à l’origine d’un excès calorique, qui ne peut que favoriser l’augmentation de la prévalence de l’obésité constatée depuis 30 ans chez les enfants d’âge scolaire en France. »


 


Alors que des rumeurs couraient sur la volonté du ministère de l’Éducation nationale de mettre fin à cette pratique, Xavier Darcos, le ministre délégué à l’Enseignement scolaire, se défend de vouloir prendre une telle décision sans concertation préalable des recteurs, des organisations syndicales et des médecins scolaires.