La FEP, le syndicat CFDT de l’enseignement privé, a rejoint l’appel à la grève du 12 mars lancé par quatre des cinq fédérations syndicales de l’enseignement public (FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT et UNSA-Éducation). Pour expliquer ce choix, la FEP indique: « La préparation de la rentrée 2004 fait apparaître les conséquences concrètes des restrictions budgétaires du gouvernement dans le privé comme dans l’enseignement public: baisse du nombre de postes aux concours qui aura des conséquences sur plusieurs années dans la qualité des services offerts aux élèves et sur la précarité que cela entretient pour les enseignants qui seront recrutés comme auxiliaires, redéploiement à moyens constants très difficile sur une enveloppe globale insuffisante. »