Les enseignements artistiques redessinés !

Depuis trente ans, l’offre en matière d’enseignement artistique ne cesse de s’étoffer. Cependant, sous l’effet de diverses réformes, elle souffre d’un manque de lisibilité. Pour pallier ce handicap, le ministère cherche à rénover le système.

Au B.O. n°40 du 30 octobre 2003 : Orientations pour une politique en matière d’enseignements artistiques et d’action culturelle


 


De la maternelle à l’université, le dispositif « d’enseignement artistique et d’action culturelle » concerne aujourd’hui une dizaine de millions d’élèves et d’étudiants dans le cadre d’un enseignement obligatoire, optionnel ou de spécialité. Un chiffre en constante augmentation. En conséquence, l’offre de l’Education nationale dans ce domaine n’a cessé de croître ces trente dernières années. Cependant, entre les ambitions éducatives affichées par les textes et la réalité du terrain, l’écart est parfois très important. Sous l’effet des réformes successives, le système s’est complexifié, au point de devenir par endroits illisible et incohérent.


 


Sept axes d’action


 


Cette note d’orientation entend donc préciser le sens et le contenu du dispositif « d’enseignement artistique et d’action culturelle ». Elle en rappelle tout d’abord les objectifs : assurer à tous les élèves l’accès à la culture artistique et donner une formation à ceux qui se destinent aux métiers en relation avec l’art. Pour remplir cette double mission, le ministère entend transformer le dispositif existant à travers sept orientations nouvelles, dont la mise en œuvre a commencé à la rentrée 2003 et s’achèvera à l’horizon 2005 :


– Améliorer la lisibilité du dispositif, en mettant l’accent sur la progressivité des cursus.


– Enrichir et réactualiser régulièrement les programmes à tous les niveaux.


– Stimuler le recrutement des professeurs du secondaire, tout en améliorant la formation de tous les enseignants.


– Renforcer l’encadrement et le pilotage de l’enseignement scolaire.


– Redéfinir les partenariats avec les différents acteurs institutionnels concernés, dont le ministère de la culture.


– Développer une nouvelle coopération culturelle européenne.


– Enfin, rénover et réactiver le Haut comité des enseignements artistiques.


 


Haut comité des enseignements artistiques


 


Créé par la loi n°88-20 du 6 janvier 1988, ce comité était chargé des mesures administratives et financières relatives au développement des enseignements artistiques. Cela faisait plusieurs années que cette structure interministérielle était en panne. La décision de la remettre en état de marche devrait notamment permettre une remise en ordre des modalités d’attribution des crédits, jusqu’ici marquées par un véritable manque de transparence.


 


Une nouvelle spécialisation


 


Autre mesure originale : au cœur du volet « recrutement et formation des enseignants », le texte annonce la création en primaire du statut de « professeurs des écoles à compétences artistiques renforcées ». Il s’agit de reconnaître à certains enseignants une maîtrise particulière dans ce domaine, afin de leur permettre d’intervenir en tant que formateurs-ressources auprès de leurs collègues ou en tant qu’enseignants spécialisés pouvant intervenir dans les classes.


 


Pour les nouveaux enseignants, cette spécialisation pourra être obtenue dès l’IUFM grâce à la mise en place dans les prochains mois d’un dispositif de « certification complémentaire », qui permettra à tout professeur stagiaire du premier et du second degré de se spécialiser dans la discipline artistique de son choix. Rien n’a été envisagé de manière formelle concernant la reconnaissance de cette compétence chez les enseignants déjà en poste. Elle pourrait être laissée à la libre appréciation des établissements, en fonction des compétences acquises par l’enseignant au cours de son cursus.

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.