Prof écrivain : un Goncourt et des cours

Professeur d’histoire au lycée Louis le Grand, à Paris, Bernard Chambaz est également un écrivain reconnu. Il a publié une vingtaine de romans, récits ou recueils de poèmes. Récompensé par le Goncourt du premier roman pour « l’Arbre de vies », en 1993, il n’a pourtant jamais envisagé d’abandonner l’enseignement pour se consacrer exclusivement à l’écriture.

« Ce n’est pas la force d’inertie ! » Quand il s’agit de savoir ce qui donne envie à Bernard Chambaz de continuer à enseigner, c’est d’abord une réponse négative qui fuse, simple voile de pudeur qu’un timide jette sur ses passions. Mais le propos se réchauffe immédiatement : « Ce qui me donne envie d’enseigner, c’est le plaisir que j’ai à me retrouver dans une relation de prof à élèves avec des jeunes de 15 à 18 ans. » Lui qui en compte une trentaine de plus confesse un regard « à l’ancienne » sur sa fonction, considérée avant tout « comme un mode de transmission de connaissances ». Mais il savoure à chaque instant « la contradiction et le regard sur le monde » que lui apportent les adolescents. Le tout résumé en une formule choc : « Je pense sincèrement que rester au contact avec les jeunes, ça doit rendre un peu moins con. En tout cas un peu moins vieux. »


 


Deux univers séparés


 


Pas question, cependant, de mélanger les genres. Bernard Chambaz n’évoquera jamais un de ses livres dans la salle de classe : « Mon premier roman se passait pendant la révolution française. Des cours sur cette période, j’en donne tous les ans. Mais quand je raconte Thermidor, je ne dis pas que ça a été l’objet d’un livre. » Et même après les cours, avec les élèves comme avec les collègues, la porte du jardin secret ne s’entrouvre qu’à peine : « Au mieux, ce sera extrêmement allusif de ma part. Je sais, ou je devine, que certains ont lu, ou lisent mes livres. Parfois, il y a même des demandes d’autographe pour un parent ou une amie. Mais ça n’est jamais un sujet de conversation. C’est vrai que quand un enseignant ou un élève me félicite, ça me touche beaucoup. Mais il y a sans doute, chez eux comme chez moi, une forme de réserve qui nous empêche d’aller plus loin. »


 


Heureux comme à vélo


 


La double vie de Bernard Chambaz est bien réglée : « En général, je vais au lycée le matin. Et j’écris l’après-midi. J’ai besoin de le faire quasiment tous les jours, sauf pendant les vacances, où je préfère voyager. » Mais on en revient vite au besoin d’enseigner, aussi pressant que celui d’écrire : « Même si je gagnais au Loto, je continuerais. En plus, j’ai la chance considérable d’exercer mon métier dans un endroit où il est très facile de le faire. Mais, même pendant les 15 ans que j’ai passés en ZEP, je n’ai jamais regretté d’avoir à aller au lycée. Et une fois que j’y suis, neuf fois sur dix, je suis vraiment content. C’est comme quand je monte sur mon vélo » (lire ci-contre).

Bibliographie

Fou de vélo et d’écriture, Bernard Chambaz a réussi à marier ses deux passions dans plusieurs livres, parmi lesquels « A mon tour », paru aux Editions du Seuil l’année dernière. Il est également l’auteur de plusieurs recueils de poèmes et de récits pour la jeunesse, comme « Le match de foot qui dura tout un été ». Enfin, ses romans les plus récents sont « Petit voyage d’Alma Ata à Achkabad », « Martin cet été », « Quelle histoire ! », et « Une fin d’après-midi dans les jardins du zoo ».

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.