Le CISR (Comité interministériel de sécurité routière) réuni le 13 janvier 2004 annonce que « les outils pédagogiques (…) seront modernisés. »
À l’école élémentaire, « une éducation continue tout au long des cycles aboutira à la délivrance de l’APER (attestation de première éducation à la Route) en fin de CM2 ». Par ailleurs, « toutes les écoles maternelles de France vont être destinataires du CD-ROM ‘Anastase. Apprendre la rue’ « .
Les ASSR (attestations scolaires de Sécurité routière) sont déjà validées en classe de cinquième et de troisième. Les jeunes ayant eu 16 ans après le 1er janvier 2004 devront aussi obtenir le brevet de Sécurité routière pour conduire « des cyclomoteurs et des quadricycles légers à moteurs ». En outre, « l’ASSR de 2ème niveau sera exigée pour s’inscrire aux épreuves théoriques du permis de conduire. » Quant aux lycées, « chaque établissement est invité à partir de cette année scolaire à établir un diagnostic des risques routiers dans l’environnement quotidien des jeunes ».
Parmi les actions qui seront engagées « dès le premier trimestre 2004 », on peut noter la mobilisation du ministère des Sports « avec des actions concrètes en direction des motocyclistes », via une « journée nationale portes ouvertes » au cours de laquelle les associations sportives et les fédérations sportives interviendront au sein des établissements scolaires.
26% des personnes tuées dans les accidents de la route ont de 15 à 26 ans, alors que cette tranche d’âge représente 13% de la population.