Enseignement citoyen : le goût des autres

Pour aider les autres en dehors de son temps de travail, Daniel Rome a choisi de partager son savoir bénévolement. Comme de nombreux autres profs, il s’est engagé dans une démarche d’enseignement citoyen au sein d’une association.

La démarche


 


Mettre à profit son temps libre pour enseigner de manière citoyenne en dehors de la classe intéresse plus d’un enseignant. Du point de vue administratif et légal, enseigner bénévolement ne pose aucun problème et relève de la liberté de chaque enseignant. Pour pouvoir être rémunéré lors de telles prestations, il est par contre nécessaire d’effectuer certaines démarches. D’après le décret-loi du 29 octobre 1936, sauf exception, les fonctionnaires n’ont effectivement pas le droit d’exercer une autre activité rémunérée. Trois types d’activités sont cependant autorisées : produire des œuvres artistiques, littéraires ou scientifiques rémunérées à l’acte (droits d’auteurs, cachets pour des conférences…) ; dispenser des cours ou réaliser des consultations ou des expertises (faire passer des colles, donner des leçons de tennis…) ; et exercer une profession libérale en rapport avec ses fonctions (un professeur d’histoire devenant guide-conférencier le week-end…). Pour pouvoir bénéficier de ces dérogations, les enseignants travaillant à temps complet doivent impérativement demander une autorisation de cumul à leur recteur d’académie.


 


Le témoignage


 


Professeur d’économie et de gestion au lycée Jean Lurçat à Paris, Daniel Rome fait partie de cette catégorie de passionnés qui, non contents d’enseigner à temps complet, tentent de faire fructifier leurs compétences en les partageant en dehors de la classe. Depuis 1988, il est membre du Groupe français d’éducation nouvelle (GFEN), une association qui s’intéresse aux pratiques pédagogiques et à la transmission des savoirs. Dans ce cadre, et de manière bénévole, Daniel Rome organise et anime des ateliers en économie ou en écriture, des conférences et débats sur différents thèmes (l’illettrisme, l’échec scolaire…). Il intervient auprès de parents d’élèves, de personnes intéressées par la pédagogie, d’éducateurs spécialisés de la Protection judiciaire de la jeunesse, ou encore d’élèves stagiaires en IUFM.


 


Malgré une telle diversité d’activités, il ne trouve pas le rythme trop intense : « Je m’occupe d’un ou deux stages ou ateliers par mois en moyenne, auxquels s’ajoutent les universités d’été. Des réunions et des rendez-vous de préparation sont également nécessaires, mais ils ne prennent pas un temps fou. Ils se limitent à une réunion un vendredi soir par mois pour la section Ile-de-France du GFEN, et à une autre réunion tous les deux mois pour mettre au point un plan de travail et le planning des ateliers, des conférences, des universités d’été, des stages et des bureaux nationaux qui regroupent tous les adhérents. Par contre, la réflexion, les lectures, tout le temps de préparation qui tourne autour de cette activité, occupent une bonne partie de mes soirées, » explique-t-il en souriant. Car pour rien au monde, il ne regrette d’avoir entrepris cette démarche : « Cet engagement citoyen m’aide énormément dans mon métier et m’enrichit à titre personnel. Les deux activités se nourrissent et se complètent parfaitement. »

Le saviez-vous ?

Quand un enseignant a obtenu l’autorisation de cumul du recteur d’académie, il peut exercer plusieurs emplois publics (professeur des écoles et animation d’une garderie par exemple). Seule condition : il ne doit pas gagner plus, grâce à ses activités annexes, que son traitement principal. Il peut donc au maximum doubler son salaire.

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.