Verbatim…

Ostensible ou visible
(…)  » Le choix des mots est important. Par le passé, on s’est appuyé sur le terme ostentatoire. Récemment, certains ont évoqué le mot visible. Mais j’estime que ce n’est pas adapté : tout signe religieux est visible, d’une certaine manière. La commission Stasi, à laquelle j’appartenais, a opté pour le terme ostensible, parce c’est quelque chose qui se donne à voir délibérément à autrui, pour s’afficher, affirmer son appartenance religieuse. »

Le principal en première ligne
« Dans les affaires de voile, les chefs d’établissement sont en première ligne. Ce sont eux qui sont en contact avec les élèves, les familles ; eux qui règlent ces problèmes. On comprend donc bien la position des syndicats de chefs d’établissement qui se réjouissent de disposer d’un cadre fixant mieux les limites, puisque ce sont eux qui avaient le plus besoin d’être épaulés. Cela étant, ce sont les enseignants qui sont montés au créneau contre les affaires de voile. C’est un peu contradictoire avec la position actuelle de certains syndicats contre le projet de loi, même s’ils n’y sont pas tous opposés. »

Comportements extrêmes
(En réponse à une question d’internaute) « Il ne faut pas nier l’existence de certains comportements extrêmes, comme faire la prière en pleine classe ou se livrer à des discours de prêche. Des enseignants nous ont rapporté ce type de comportements lors des auditions de la commission Stasi, et j’en ai déjà eu des échos dans le cadre de mes activités de médiatrices. J’insiste néanmoins sur le fait que ce sont des actes extrêmement minoritaires. Lorsque ces situations se présentent, il faut simplement avoir du bon sens et réagir comme on réagirait face à n’importe quelle provocation venant d’un adolescent qui cherche à se faire remarquer. Le dialogue est nécessaire, mais aussi la sanction, bien entendu : l’école n’est pas un lieu de prières ! »

Le rôle de l’équipe pédagogique
« En la matière, lorsqu’il y a une cohérence et une concorde entre les membres de l’équipe enseignante, tout se gère de façon harmonieuse. Ce que l’on constate précisément dans les « affaires » de voile, c’est bien souvent les fractures qui peuvent exister au sein de l’équipe pédagogique : fractures idéologiques, positionnements différents par rapport à l’élève, etc. La cohérence et la cohésion sont vraiment des éléments essentiels dans la gestion de ces problèmes. » (…)