« L’École est-elle encore le creuset de la démocratie? », tel est le titre du dernier livre du sociologue Philippe Perrenoud. L’auteur fait le constat de la « montée de la violence et des incivilités », de l’ « individualisme triomphant », de l’ « affaiblissement du lien social et des solidarités ». « Ces périls amènent l’école à renouer avec sa vocation première, rendre possible la démocratie et d’abord une vie pacifique en société. »


 


Pour Philippe Perrenoud, donner à l’école « les moyens d’une éducation à la citoyenneté digne de ce nom, suppose qu’on y crée les conditions d’une expérience de l’action et de la responsabilité collectives », qu’on y mène « un travail sur les valeurs fondamentales – égalité, solidarité, justice, diversité, liberté, identité terrienne », qu’on y conduise « une éducation à la citoyenneté fondée sur un effort de lucidité, de décentration, de pensée critique ». Il faut aussi donner aux élèves, estime le chercheur, « une formation en sciences sociales permettant de comprendre les rapports de force, les idéologies et les tactiques de pouvoir qui mènent le monde », ainsi qu' »une initiation à la culture du débat et du respect de la diversité des opinions, à inscrire au cœur même des disciplines et du rapport au savoir ».


 


« L’École est-elle encore le creuset de la démocratie ? », Chronique sociale, 192 p. 16,80 euros