Cette pseudo-formation est consternante ! Je suis actuellement en PE2 et j’attends, comme la majorité de mes camarades de galère, avec impatience la fin de cette année de purgatoire. Je me suis « amusée » pendant une semaine entière à me poser la question : qu’as-tu appris ? à l’issue de chaque cours. La réponse a été : rien dans plus de 90% des cas. Aucune réponse à nos questions qu’elles soient pratiques ou philosophiques, aucune trace de cohérence dans ce qu’on nous demande de faire. Nous sommes considérés et traités comme des incapables (au sens juridique de l’incapacité). J’ai l’impression d’être payée pour m’ennuyer, ce qui est encore plus fatigant que de passer des heures à préparer sa classe lorsqu’on nous balance en stage sur le terrain sans aucune aide. Et que dire de certains enseignants qui n’ont manifestement pas approché un vrai élève à moins de 500m depuis des lustres ? Ceux là même qui viennent nous évaluer lorsqu’on est en classe. De quel droit ? Sont-ils capable, eux, de faire ce qu’ils nous imposent de faire ? A l’IUFM, je n’apprends qu’une chose : à ronger mon frein, à être le plus hypocrite possible, en attendant la validation de fin d’année. Surtout, ne pas donner l’impression d’avoir une opinion, et encore moins manifester des interrogations… Certains relèveront la tête à l’issue de cette année, d’autres, je le crains, seront définitivement mouchés, éteints, caricatures du bon fonctionnaire en somme.