« Il faut laisser souffler les enseignants, tout comme les chefs d’établissement, pour qu’ils aillent voir ailleurs, qu’ils se forment par d’autres expériences. L’idée d’une année sabbatique ou d’une mobilité obligatoire n’est pas choquante. On nous avance toujours des arguments budgétaires pour s’opposer à de telles mesures, qui seraient très coûteuses. Mais elles ne coûteraient pas plus cher que de remplacer des professeurs absents par des titulaires. » C’est ce qu’estime Xavier Darcos, ministre délégué à l’Enseignement scolaire, dans « Deux voix pour une école », un livre de « débat » avec Philippe Meirieu, publié par Desclée de Brouwer et animé par la journaliste du « Figaro » Marielle Court. « Le nombre de jeunes enseignants qui disparaissent au bout d’un ou deux jours d’enseignement est en augmentation constante », note d’ailleurs le ministre. « Voilà encore dix ans, ce phénomène était tellement rare qu’il faisait l’objet d’un signalement au ministre; aujourd’hui, nous y avons quasiment renoncé : ces cas ne remontent qu’aux recteurs. »


 


L’ouvrage est sorti en librairie le 2 décembre 2003. La publication était prévue le 15 octobre, mais, selon « Le Monde » du 13 septembre 2003, Matignon aurait « fait pression » sur Xavier Darcos pour que ce livre « ne paraisse pas ». Parmi les questions sur lesquelles le ministre et le directeur de l’IUFM de Lyon ont à débattre, la décentralisation, l’articulation collège-lycée, la place de l’enseignant dans le système ou encore les blocages de l’institution.