Focalisation. Le primaire est le point de focalisation du gouvernement dans sa lutte contre l’illetrisme. Les projets se succèdent pour tenter d’enrayer les chiffres catastrophiques : 15 à 20% des élèves qui entrent en 6e ne savent ni lire ni écrire en France et un adulte sur dix est en situation d’illetrisme. Lire et écrire : c’est au primaire que tout se joue et il n’est plus question de laisser passer des élèves au collège tant qu’ils ne maîtrisent pas ces fondamentaux. Sinon, on court droit dans le mur !

Les derniers projets

Dernier en date, le projet du Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, visant à établir un test de lecture obligatoire avant l’entrée en CE2. Il s’est en effet prononcé dimanche 21 septembre sur M6, pour une évaluation avant l’entrée dans cette classe, car pour lui « le CE2 est le rendez-vous de la lecture » et il faut garantir « que l’entrée [s’y] fasse en sachant lire ». Mais d’autres projets l’ont devancé : celui du ministre de l’Education, Luc Ferry, lorsqu’en août il a proposé le redoublement du CP, comme moyen de lutte contre les difficultés en lecture et en écriture. Cette volonté est en contradiction avec le principe des cycles instauré en 1990, visant à réduire au maximum les redoublements : depuis cette date, un seul redoublement est possible au primaire et uniquement en fin de cycle (CE1 ou CM 2).

Redoubler au CP ?

Pour rompre avec ce dispositif, le ministre de l’Education a déclaré en août (1) : « je voudrais ouvrir une réflexion sur le redoublement en primaire ». Or des études ont été menées et sont formelles : si l’on se rapporte aux chiffres avancés par Jean-Jacques Paul, directeur de l’Institut de recherche sur l’économie de l’éducation (Iredu) et auteur de Le Redoublement : pour ou contre ? (édition ESF, 1996), le redoublement en primaire n’est pas une solution. Pour étayer ses dires, il s’appuie sur une étude (2) parue en 2000 intitulée Etude Internationale sur les Compétences de Lecture, qui révèle qu’il n’y a aucune relation entre progrès en lecture et redoublement.

Un redoublement efficace ?

Jean-Jacques Paul ajoute enfin que le redoublement n’existe pas dans tous les pays : en Scandinavie et dans les pays du Nord, on passe automatiquement en classe supérieure et les résultats ne sont pas pires qu’en France, au contraire ! Enfin, toujours sur le CP, Luc Ferry a mis en place l’an dernier une centaine de classes de CP dédoublées afin de mieux faire travailler les élèves. L’expérience n’est pas très concluante ! « L’écart est aussi minime pour ce qui est des redoublements : 5 % dans les classes de l’expérimentation, 5,9 % dans l’échantillon de référence. » (3)
Le primaire, véritable casse-tête ? Les bases qu’on y acquiert sont une des clefs de la réussite future. Les acquérir n’a rien d’une évidence…


 

(1) Le Monde 29.08.03
(2) netia59.ac-lille.fr/doe/redouble.htm
(3) www.liberation.fr/page.php?Article=143180