Une loi sur le port du voile « serait disproportionnée et pourrait provoquer une réaction inverse à l’effet recherché », estime Dalil Boubakeur, président du CFCM (Conseil français des cultes musulmans) lors de son audition par la Commission Stasi sur la laïcité dans la République le 19 septembre 2003, au Sénat. Le recteur de la mosquée de Paris considère en outre « le voile comme une prescription religieuse et un engagement personnel ». Cependant, il ajoute que « si la France édictait une loi contre le port du voile, l’ensemble des organisations musulmanes de France s’y plieraient. Elles s’y sont engagées par écrit le 20 janvier 2000, sous Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l’Intérieur ». Dalil Boubakeur estime par ailleurs que le port du voile « est parfois utilisé de manière détournée ». « Il y a beaucoup d’ignorance de la laïcité et des lois de l’islam chez les jeunes filles qui portent le voile. »