Le SNES dénonce le recours à un « sous-prolétariat de l’enseignement »

-Selon le syndicat, il y a une utilisation croissante des titulaires remplaçants sur des postes vacants à l'année.

Le SNES-FSU estime que 60% des contractuels de l’Éducation nationale « ne sont toujours pas réemployés ». Il s’agit de « l’effet conjugué d’un déficit permanent de professeurs et CPE titulaires, de l’utilisation amplifiée à cette rentrée des titulaires remplaçants sur des postes vacants à l’année et de la suppression de 5 000 équivalents emploi pour le remplacement, qui entraîne aujourd’hui un chômage important des contractuels ». En outre, pour le SNES, « l’utilisation des titulaires remplaçants sur des postes vacants à l’année entraînera un recours accru aux personnels précaires pour couvrir les remplacements de courte et moyenne durée. Il est à craindre que, pour diminuer les coûts, le ministère encouragera le recours à des vacataires pour 200 heures plutôt qu’à des contractuels. Ce système prive les personnes employées de tous leurs droits (chômage, congés) et constitue une aberration pédagogique. » Le syndicat invite Luc Ferry à « mettre fin à ce système de recours à un sous-prolétariat de l’enseignement » et « appelle les personnels au chômage et tous les précaires à participer nombreux aux AG et aux actions prévues, notamment le 10 septembre ».

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.