Sélectionner une page

Rentrée 2003: incertitudes sur la reprise du mouvement

Rentrée 2003: incertitudes sur la reprise du mouvement
-Des assemblées générales se tiendront dès la pré-rentrée pour décider de la reprise éventuelle du mouvement de grève

La FERC-CGT invite « l’ensemble des syndiqués CGT, des personnels à se réunir en assemblées [générales] dès le 1er septembre [2003] pour envisager toutes les modalités qui leur permettront de porter leurs revendications et de poursuivre l’action dans l’unité la plus large. » Il les invite à débattre des questions que posent notamment « la conception des choix budgétaires pour l’année 2004, la diminution du nombre d’adultes dans les établissements, les conditions de travail, la définition des missions éducatives et les moyens pour les assurer et les assumer, la nature de l’emploi dans l’éducation nationale, les objectifs affichés et cachés de la décentralisation ».

« La rentrée 2003 s’effectuera sous le signe d’une forte tension », affirme pour sa part Luc Bérille, secrétaire général du SE-UNSA. Ce syndicat « aborde la rentrée dans un état d’esprit résolu et combatif. Sans préjuger des réactions de la profession que les militants du syndicat rencontreront dans les prochains jours, il faudra bien en effet que les questions posées au printemps trouvent des réponses. » Le SE dénonce notamment les risques de déficit d’encadrement à la rentrée: « Il manquera 15 000 jeunes pour assurer l’encadrement éducatif et 2 600 équivalents temps plein d’enseignants » pour faire à la mise en place des innovations pédagogiques comme les itinéraires de découverte en 4ème ou la rénovation des CAP ou les dédoublements et dispositifs de soutien.

Quant au « Réseau des bahuts », la coordination d’ « établissements et écoles en lutte » de la région parisienne, il appelle à ne pas faire la rentrée des élèves le 2 septembre. « Mais la décision de suivre ou non cette proposition sera prise lors de la réunion de samedi 30 août et au cours des assemblées générales des établissements qui se tiendront la semaine prochaine », précise Olivier Vinay, membre de la coordination nationale des établissements et écoles en lutte.

« La pierre de touche de la réussite de la rentrée se situe incontestablement dans la capacité à gérer avec efficacité le remplacement des aides-éducateurs et des surveillants par les assistants d’éducation », notait d’ailleurs l’Inspection générale de l’Education nationale dans son rapport sur « la préparation de la rentrée scolaire 2003 dans les académies métropolitaines ». L’Inspection estime par exemple que le remplacement des MI-SE et des aides-éducateurs par les assistants d’éducation va faire perdre 1 000 adultes dans les établissements scolaires de l’académie de Rouen. À Créteil, le taux de remplacement de l’ensemble MI-SE-aides-éducateurs devrait être d’un sur deux dans le second degré et d’un sur cinq dans le premier degré.

E-books gratuits

160 e-books à télécharger gratuitment

Newsletter

Dernière Reportage

Chargement...

Tweets récents