Opéra: une affaire de mode

Un défilé de mode digne des plus grands créateurs réalisé par des lycéens, vous voulez savoir comment c'est possible alors cliquez ici.

Réunir 10 lycées professionnels parisiens (1) spécialisés dans les métiers de la mode et des métiers d’art autour d’un projet commun n’était pas un pari facile. Il vient pourtant d’être tenu avec un sacré panache. Le 24 mai dernier, dans les murs du prestigieux opéra Bastille, un défilé de haute couture a révélé le talent et la créativité de 550 élèves en couture, broderie et maroquinerie. 95 costumes d’opéra, 40 paires de chaussures et un nombre incalculable d’accessoires dignes des plus grands professionnels de la mode ont été présentés aux familles des élèves comme aux représentants des maisons de haute couture, venus admirer le travail de la relève.

A la découverte d’un monde fabuleux

Baptisé « Mode, Espagne et Opéra », ce projet a été organisé par l’Education nationale en partenariat avec l’Opéra de Paris. Durant deux années scolaires (2001-2003), les élèves ont travaillé sur le monde de l’opéra et de l’Espagne (Carmen était programmé pendant cette période) pour imaginer puis concevoir le défilé. Pour s’imprégner de l’univers des divas et autres ténors, ils ont eu la chance d’assister à des spectacles, et surtout de rencontrer les couturiers et les décorateurs du temple de la musique, les hommes de l’ombre qui œuvrent dans les coulisses. « Ces jeunes ont découvert un monde fabuleux, fait de rigueur et de précision, qui valorise le travail manuel, souligne Danielle Fouache, responsable du projet à l’opéra. » En classe, les apprentis stylistes ont approfondi le thème à l’aide de cassettes vidéo et de livres.

La créativité avant tout

« Réaliser des costumes d’opéra est un travail proche de la haute couture, explique Annick Chavatte, professeur d’arts appliqués au lycée Octave Feuillet (spécialisé dans la broderie). Dans les deux cas, on crée des robes sublimes, uniques, qui ne sont pas destinées à être portées dans la vie de tous les jours. C’est très enrichissant, il faut faire preuve d’une grande créativité. » Une centaine de croquis, sur plus de 200 réalisés par les élèves, ont finalement été sélectionnés par les deux inspectrices de l’Education nationale qui coordonnaient le projet (2). Ces dernières ont ensuite organisé toute la logistique entre les différents lycées, pour transformer ces dessins en véritables costumes. « Une même robe pouvait être dessinée dans un lycée, cousue dans un autre et ornementée dans un troisième. Chacun devait respecter les délais impartis pour ne pas briser la chaîne de fabrication. Une rigueur qui, habituellement, n’est pas la qualité première de l’Education nationale », ironise une enseignante. Tous ont fait preuve d’un grand professionnalisme.

Valorisant pour les élèves

Sceptique au début, Danielle Fouache a vite été rassurée. « Tout le monde a joué le jeu et les inspectrices ont porté le projet à bout de bras, pour que tout soit prêt à temps. » Outre les costumes et accessoires, les décors, le maquillage et la coiffure des mannequins ont également été réalisés par des jeunes de lycées professionnels. « Les élèves avaient conscience que c’était important. Ils voulaient bien faire, souligne Annick Chavatte. Travailler pour un défilé était pour eux un objectif concret, très motivant. Si on me le proposais, je recommencerais sans hésiter. »

                                                                        Jérôme Citron


(1) Lycée polyvalent d’Alembert, XIXe arrondissement ; lycée polyvalent Elisa Lemonnier, XIIe ; lycée professionnel d’esthétisme Mariano Fortuny, XVIIe ; lycée professionnel Marie Laurencin, Xe ; lycée professionnel Octave Feuillet, XVIe ; lycée polyvalent Paul Poiret, XIe ; lycée professionnel Rose Bertin, IIe ; lycée professionnel Turquetil, XIe ; lycée technique du bois, XVe ; lycée professionnel régional Quinault de la photographie, XVe.
(2) Mireille Grimault-Rivière et Liliane Rymdzionek-Message

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.