Etudes longues : un rachat impossible

Les enseignants et les chercheurs le savent bien. Leur métier nécessite de longues études. Or, les nouvelles lois sur les retraites les pénalisent, en augmentant démesurément les durées de cotisation. La solution du gouvernement : le rachat des années d’étude. Pas si simple…

Le mercredi 25 juin, l’article 20 du projet de loi Fillon sur le rachat des années d’étude a été voté par les députés. Désormais, les salariés peuvent racheter jusqu’à 3 années d’études supérieures. Cette mesure entrera en vigueur le 1er janvier 2004. Prévue au départ pour ne pas défavoriser les professions nécessitant de longues années d’étude dans le décompte des années de cotisation pour la retraite, cette mesure s’avère concrètement difficile à appliquer.

30 000 euros pour 3 ans

En réalité, le rachat est horriblement cher. Et ne se fait pas à n’importe quelle condition. Au niveau financier d’abord, le coût de rachat d’une année sera de l’ordre de 7 000 euros pour un salaire mensuel de 2400 euros, d’après les calculs des syndicats. Pour les agents de la fonction publique, d’autre part, l’article 28 du projet stipule que pour y avoir droit, il faut n’avoir jamais travailler ailleurs que dans la fonction publique à l’issue de ou pendant ses études, n’avoir jamais été contractuel de l’Etat à l’issue de ou pendant ses études et enfin, être nommé fonctionnaire au plus tard un an après l’obtention du diplôme nécessaire. Les marges de manoeuvre sont donc assez faibles.

S’inscrire en thèse ?


 


Ces mesures drastiques ont tout de même fait l’objet d’un amendement en juin : les sommes du rachat seront déduites du revenu fiscal. Est-ce suffisant ? Il est évident que rares seront ceux qui pourront débourser près de 30 000 euros pour le rachat des 3 années, selon les chiffres avancés par le ministère des Affaires Sociales, encore plus inquiétants que ceux des syndicats ! De grosses inquiétudes pèsent en particulier sur le secteur la recherche : en effet comment motiver les étudiants à aller jusqu’en thèse et plus grave, comment retenir les chercheurs en France, avec de telles dispositions?


Sachant de plus, que si l’on tarde trop pour faire le rachat, les sommes à payer s’allongent…

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.