La campagne en faveur de la qualité architecturale

Ouvrons l’œil sur le bâti ! Le ministère de la Culture organise une campagne de sensibilisation à l’architecture jusqu’en juillet 2003.

13 mars 2003 : le but de l’opération

Dans le cadre d’un atelier patrimoine, d’une classe à projet artistique, d’un TPE, les enseignants peuvent participer à cette opération. Aidés de professionnels, ils sont encouragés à faire travailler les élèves sur un processus d’architecture complet, du projet à sa réception.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/11/default.htm


Interview

Depuis 1999, Claude Vol, professeur de français et une collègue, professeur d’histoire-géographie, au lycée Chrestien de Troyes, à Troyes, coordonnent un atelier d’architecture de 2 heures hebdomadaires, ouvert aux volontaires, de la seconde à la terminale (12 cette année).

Pourquoi une telle initiative ?

Nous sommes passionnés d’architecture contemporaine. Il y a quelques années, après avoir rencontré l’architecte qui avait réalisé un bâtiment pour le lycée, nous avons eu envie de travailler avec lui dans le cadre d’un atelier d’expression artistique. Nous sommes financés par le Conseil régional et le ministère de l’Éducation nationale.

Comment travaillez-vous ?

Avec l’architecte, nous déterminons le contenu de l’atelier. En début d’année, les élèves choisissent un thème parmi ceux que nous leur proposons : la maison idéale, une école maternelle, une salle de spectacle… Seuls ou par groupe de 2 ou 3, ils élaborent un projet simplifié. Ils définissent un programme, un cahier des charges et dessinent des élévations, des plans… En fin d’année, ils présentent leur projet sous forme de panneaux et de textes.

Quels sont vos objectifs ?

L’architecte apprend aux élèves à observer et décrypter un lieu ou un espace. Il les aide pour le côté technique. Nous, enseignants, sommes des médiateurs. Nous organisons des rencontres avec des architectes et des urbanistes, des visites et un voyage annuel (Paris, Berlin, Barcelone…).

Que retirent les élèves de cette expérience ?

Ils apprennent à mener un projet personnel, cohérent et progressif. Ils acquièrent des connaissances : nous avons étudié par exemple le Berlin des années 1930 puis la partition de la ville après la guerre. Ils s’ouvrent à d’autres horizons, grâce aux rencontres avec les professionnels.

Quels conseils donner à ceux qui aimeraient monter un tel atelier ?

Bien s’entendre avec l’architecte ! C’est une des clés de la réussite. Et ne pas oublier que celui-ci doit être agréé par le Rectorat. Ensuite, il vaut mieux être au minimum deux enseignants car la préparation des visites, du voyage, de l’exposition demande beaucoup de temps. On doit aussi remotiver les élèves à l’approche des examens. Mais la difficulté principale concerne l’horaire de l’atelier : il faut trouver un créneau qui convienne à tous !

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.