Vivre l’Europe au collège

Avec Comenius, vos élèves sont aussi allemands, espagnols, grecs ou italiens... Modalités et fonctionnement de ce projet.

« L’intérêt majeur du programme Comenius est de montrer à nos élèves que dans d’autres pays d’Europe, des jeunes de leur âge travaillent sur le même thème qu’eux ». Une fois de plus, Eric Dromer, professeur d’histoire géographie au collège Sévigné à Flers (Orne), s’est lancé avec enthousiasme dans cette aventure pédagogique. Au menu cette année : la science et la communication.

Des règles simples mais strictes

Créé par l’Union européenne pour développer les échanges entre les établissements scolaires des différents pays de l’Union, le programme Comenius subventionne les collèges et les lycées qui mettent en place des projets éducatifs européens. Pour bénéficier de ces fonds européens, les règles sont simples mais strictes : un établissement scolaire doit élaborer un projet pédagogique en partenariat avec deux autres établissements scolaires européens, de pays différents. L’acceptation du dossier par l’Union Européenne donne droit, annuellement, à une aide d’environ 1 500 euros et au financement (voyage + hébergement) d’une réunion entre les enseignants des trois pays. Le tout pour une durée de trois ans.

Exploiter un thème selon ses envies

Motivée et volontaire, l’équipe du collège Sévigné a exceptionnellement pu prolonger son projet et attaque sa cinquième année de collaboration avec un collège italien de Soresina et un collège allemand de Wunstorf. « Après le jeu et le patrimoine industriel, nous travaillons tous sur la science et la communication, explique Eric Dromer. Un sujet choisi en commun par les enseignants qui participent au projet. » Chaque professeur a toute liberté pour exploiter ce thème en fonction de ses envies, mais aussi des contraintes de son programme officiel. Ainsi, une classe allemande réalise des biographies de chercheurs européens, une classe italienne privilégie un aspect plus technique en se concentrant sur l’utilisation d’Internet pendant que les 5es d’Eric Dromer travaillent sur la naissance de l’imprimerie, et ses 4es sur la censure au XVIIIe siècle. Des travaux qui circulent entre les différents établissements scolaires. Les collégiens français, allemands et italiens peuvent alors observer ce que leurs camarades ont produit. « Les élèves qui apprennent une des deux langues sont souvent plus réceptifs, remarque le professeur d’histoire. Les autres jettent un coup d’œil plus rapide. »

Une occasion unique de se réunir

Au collège Sévigné, pour tenter d’intéresser le maximum de jeunes, les travaux des « correspondants » sont exposés dans un couloir très fréquenté. « Montrer concrètement le travail de jeunes allemands et italiens permet d’humaniser l’Europe, assure Eric Dromer. Nos élèves voient ainsi que leur quotidien n’est pas bien différent de celui de leurs voisins, qu’ils ont beaucoup de points communs ». Si l’échange reste malheureusement difficile à instaurer entre les élèves, il progresse lentement : « Nous avons peu de temps et peu d’ordinateurs, mais nous faisons des progrès chaque année », précise Eric Dromer. Plus évidentes sont les rencontres entre professionnels : « Entre adulte, le contact est facile, assure Eric Dromer. Nous n’avons jamais eu de problème pour communiquer et échanger nos points de vue ». Une occasion unique de se réunir chaque année, de discuter des pratiques en cours dans chaque pays et de poursuivre ces conversations sur Internet. Et d’inventer l’école européenne de demain ?

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.