02 janvier 2003 : Le réglement

Dossiers, affiches, vidéos, cédéroms… toutes les réalisations sont acceptées. Une action « forte et exemplaire » peut être mise en œuvre dans le cadre du concours. Remise des travaux au plus tard le 6 juin. Ceux des classes lauréates sont résumés sur http://www.eduscol.education.fr (taper Sommaire, Actions Educatives, Répertoires des actions, concours et prix).
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/1/default.htm


Interview

L’an dernier, des classes de 2de et de 1re ES et L du lycée Jean Guéhenno à Fougères (35) ont été récompensées. Francette Mifune, enseignante en lettres, présente leur travail.

En quoi le thème vous a-t-il intéressée ?

L’esclavage est un sujet qui s’intègre parfaitement aux programmes de français. On retrouve en particulier les notions d’altérité et de négation de l’autre étudiées en 2de et en 1re dans le cadre d’ « un mouvement littéraire du XVIe au XVIIIe siècle ».

Comment avez-vous procédé ?

Les 2des ont réalisé des exposés sur l’esclavage, de l’Antiquité à nos jours. Et ils ont travaillé sur les textes d’auteurs dénonçant l’esclavage : Voltaire, Montesquieu, Hugo… Les 1res ont travaillé sur l’esclavage au XVIIIe siècle. Puis les deux niveaux ont rédigé des textes à la manière des grands auteurs, ainsi que des articles de journaux. Nous avons visionné des documentaires d’actualité sur le travail des enfants dans le monde et le film de Spielberg, Amistad. Enfin, nous avons cherché des solutions aux problèmes de l’esclavage moderne, ce qui s’est concrétisé par des lettres ouvertes au Président de la République. Les meilleures productions, choisies par les élèves, ont nourri deux dossiers : l’un sur l’esclavage hier, l’autre sur l’esclavage aujourd’hui. Les élèves de 2de qui suivaient l’option Arts plastiques ont réalisé avec leur professeur une « boîte à fiches » représentant leur vision de l’esclavage, et qui a logé nos dossiers.

Quel est l’intérêt d’un tel concours ?

Il donne le goût de travailler dans la durée et d’approfondir une problématique. Les élèves ont pris conscience de la survivance de l’esclavage, ce qui les a sensibilisés à la question du crime contre l’humanité et des droits de l’homme. Ils ont donné une forme concrète à leur réflexion en collectant des fournitures scolaires pour les enfants de pays défavorisés. Cette année, certains se sont même engagés dans des associations ou se sont présentés d’eux-mêmes à des concours pour les droits de l’Homme