Un combat à durée indéterminée

Depuis plus de deux mois, les personnels du Centre national de documentation pédagogique sont en lutte contre la décision de délocalisation de leur établissement, prise par le CIADT. Ils dénoncent l’aspect arbitraire de ce choix.

Dans l’affaire de la délocalisation du CNDP, le ton monte. En effet, l’intersyndicale du réseau CNDP/CRDP rejette « toute discussion avec Jean-Louis Durpaire, chargé de mission pour le transfert du centre qui serait juge et partie dans le dossier, étant l’ex-directeur du CRDP de Poitou-Charentes et proche du Premier ministre ». Toujours selon les syndicats, rien dans ce transfert ne correspond à une perspective de développement pour le CNDP. En effet, le CNDP travaille au quotidien avec les services du ministère de la Jeunesse, de l’Education et de la Recherche ainsi qu’avec des éditeurs et partenaires tous situés en région parisienne. De plus, le CNDP est à la tête d’un réseau déconcentré qui couvre tout le territoire national. Aussi, on peut s’interroger sur les raisons qui motivent une telle décision. Pour l’intersyndicale, elle serait de nature financière dans la mesure où il y aurait « urgence à utiliser les locaux du transfert ». Pour le gouvernement, cette délocalisation rentre dans la politique de décentralisation et permettra de restructurer les missions éducatives dévolues au réseau CNDP.



Opposés à toute forme de transfert


Petit retour en arrière. C’est le 13 décembre dernier que le comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire (CIADT), réuni sous la présidence du Premier ministre, a décidé de transférer à Chasseneuil-du-Poitou, sur le site du Futuroscope, le Centre national de documentation pédagogique (CNDP), provoquant ainsi une levée de boucliers. Les salariés, par la voix de leurs syndicats, se sont opposés à « toute forme de délocalisation, totale, partielle, accélérée ou étalée dans le temps ainsi qu’à tous ceux qui favoriseraient le démantèlement du réseau CNDP-CRDP ». Autre cheval de bataille, les centres régionaux, qui seraient menacés par une politique de démantèlement. A l’avenir, ils pourraient relever de la gestion des collectivités locales (au lieu de l’Etat), au risque de grandes disparités.

Des emplois menacés

Le CNDP, éditeur attitré du ministère de l’Education nationale, pilote un réseau – composé de 31 centres régionaux (CRDP), 83 centres départementaux et 80 centres locaux – et soutient les enseignants dans leur mission éducative en leur proposant services et outils pédagogiques. Actuellement, plus de 740 personnes – titulaires, contractuels, précaires – travaillent au sein de cet établissement. D’après Jean-Pierre Raffarin, entre 100 et 300 personnes seulement seront accueillies dans le nouvel établissement situé sur le site du Futuroscope. Toujours selon le Premier ministre, cette suppression d’emplois due au transfert, a pour but de restructurer les missions éducatives dévolues au réseau CNDP. Mais la réduction annoncée de ces missions aux seules nouvelles technologies va-t-elle dans le sens d’une pédagogie étendue et multiforme ? Que vont devenir l’édition, la production télévisuelle et numérique, la documentation ? Les CRDP qui devraient être regroupés avec des services académiques ne sont-ils pas eux aussi menacés ?
Les semaines qui viennent nous apporterons sûrement un début de réponse. A suivre…

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.