Point de vue

Ne plus agir ''comme on le sent''

« Nos métiers, nos professions s’exercent trop souvent ‘comme on le sent’; (…) trop d’enseignants ignorent quasi totalement le BO de mai 1997 qui leur assigne la définition de leurs responsabilités », affirme Françoise Desagnat, proviseur du lycée Evariste-Galois de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) dans le numéro de janvier 2003 d’ « Education et management », une revue publiée par le CRDP de Créteil. « Le projet d’établissement instaure sa norme et le chef d’établissement est le garant de son application. Mais quid, lorsque le libre arbitre de chaque enseignant confine à l’arbitraire de ce qu’il acceptera de mettre en oeuvre et de ce qu’il rejettera comme inutile, peu intéressant, inutilement compliqué… mais pourtant voté? Quid, lorsqu’un chef d’établissement succédant à un autre, table rase est faite de ce qui a précédé? » Françoise Desagnat suggère de « rompre la chape de plomb », et d’ « encourag[er] visiblement les projets effectifs, en travaillant avec leurs acteurs à l’évaluation de leurs effets (…). Les conseils de classe par exemple peuvent voir renforcer leur aspect pédagogique, si, lors du tour de table, chaque professeur est amené à rendre compte de ce que tel projet a pu apporter (…); si encore, lors de l’examen des bulletins individuels, le président du conseil de classe interpelle tel enseignant sur l’efficacité pédagogique du projet pour tel élève. »

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.