5 questions au… directeur de l’école de l’Internet

Créée il y a deux ans, en plein boom des nouvelles technologies, l’Ecole de l’Internet doit s’imposer dans un contexte économique difficile. Son directeur, Jacques Labetoulle, se donne 5 ans pour asseoir la réputation de cette nouvelle école d’ingénieur.

Quelles sont les principales caractéristiques de l’Ecole de l’internet de Marseille ?

Cette école publique d’ingénieurs a un statut original : elle a été créée conjointement par le Groupe des écoles de télécommunication (GET) et les Universités de l’Académie d’Aix-Marseille, pour pallier le manque de formation spécialisée dans le domaine d’internet et de ses applications “grand public” ou “industrielles”.

Comment sélectionnez-vous les élèves ?

Nous recrutons nos élèves sur examen à bac + 3. La scolarité dure ensuite deux ans. La première année [l’année dernière, ndlr], nous avons admis 22 élèves et cette année 34. Notre objectif est d’augmenter, à chaque rentrée, de 50 % le nombre d’étudiants jusqu’à accueillir des promotions de 150 en 2005-2006.

Comment attirez-vous les étudiants dans une école si jeune ?

C’est un travail permanent car nous ne pouvons pas encore « vivre » sur notre réputation. Nous nous déplaçons dans les salons pour les convaincre de la pertinence de nos cours, nous recrutons des enseignants de renom ou bien encore nous organisons des journées portes ouvertes. Diriger une jeune école demande un fort sens de la communication.

A quelles difficultés êtes-vous aujourd’hui confronté ?

Le travail que je mène pour convaincre les entreprises de participer à ce projet (elles amènent de l’argent et, en contre partie, bénéficient des recherches menées dans l’école, ndlr) est plus difficile que prévu. L’effondrement du secteur des nouvelles technologies les rend frileuses et gène notre développement. Pour le moment, seules France Telecom et Bouygues se sont engagées.

Question rituelle

Et si vous aviez le pouvoir de faire évoluer le système, que proposeriez-vous ?
Je souhaiterais avoir plus de moyens pour mettre en place des projets aujourd’hui en attente. Par exemple, nos cours ne sont pas en ligne, ce qui est un comble pour une école de l’internet. Je crois pourtant beaucoup à l’avenir de la formation à distance. J’aimerais par ailleurs que la communication avec les différents ministères soit simplifiée pour gagner en efficacité. Il y a souvent trop d’interlocuteurs, ce qui est usant quand on a la responsabilité de développer une nouvelle structure.

Pour plus de renseignements : www.iaai.fr/index.htm

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.