Vous dirigez le plus vieux DESS de France. En quoi consiste votre travail ?


Les élèves qui suivent cette formation ont un solide bagage universitaire en sciences. Pendant l’année du DESS, ils cherchent à compléter ce savoir en se formant dans des domaines plus proches de l’entreprise. A moi de déterminer un programme qui allie des cours théoriques de gestion ou de marketing et des cours plus pratiques. Je recrute ainsi des intervenants issus du secteur privé pour que les cours du DESS ESI reflètent le mieux possible la réalité du monde des entreprises.



Comment sélectionnez-vous les élèves ?


D’abord sur dossier puis sur entretien. Je cherche à évaluer leur motivation et leur capacité d’adaptation. J’apprécie les jeunes qui ont eu des responsabilités associatives ou ceux qui ont beaucoup voyagé. Le choix est particulièrement difficile : nous avons 600 demandes pour 70 places. Tous ont une maîtrise de mathématiques, de physique, de chimie ou d’informatique.



Quelles relations entretenez-vous avec le monde de l’entreprise ?


Je suis en contact permanent avec beaucoup d’entreprises notamment pour  » placer  » mes élèves en stage. Je travaille notamment avec la BNP-Paribas ou Unilog, qui apprécient le profil de mes élèves.



Comment vous faites-vous connaître des entreprises ?


J’ai la chance de pouvoir compter aujourd’hui sur un important réseau d’anciens élèves qui ont fait et font toujours la réputation de la formation. Une partie de mon travail consiste d’ailleurs à  » faire vivre  » ce réseau en organisant des rencontres entre les anciens diplômés et les étudiants, à l’image de ce que font les écoles de commerce ou d’ingénieurs.



                                                                     Jérôme Citron


Pour en savoir plus : wwwadm.admp6.jussieu.fr/fp/FG%202002/DN/DESS%20ESI.pdf