Catherine et Mireille se sont rencontrées dans une école élémentaire de la banlieue parisienne au début des années 90. « Pendant deux ans nous avons travaillé en totale osmose, raconte Catherine. Nous avions chacune un CP et nos classes communiquaient. » Les stagiaires (Catherine et Mireille étaient à l’époque maîtres formatrices) découvraient avec enthousiasme leur travail original.

Un enseignant chef d’orchestre


Les maîtresses affichaient au tableau des images agrandies d’albums de jeunesse et les élèves apprenaient collectivement à déchiffrer le texte. Chaque enfant était ensuite invité à lire le texte à voix haute puis à expliquer quelle stratégie il avait mis en œuvre pour y arriver. « L’enseignant ne doit être qu’un chef d’orchestre.»
Les élèves apprennent à lire grâce à un travail collectif qui implique l’ensemble du groupe », explique Mireille. Poussées par leurs stagiaires, les deux complices finissent par présenter leur méthode et l’ensemble des outils (posters, cahiers d’exercices…) déjà conçus aux éditions Retz.

Un parcours éditorial exceptionnel

Très intéressée, l’éditrice souhaite en savoir plus : elle se rend dans l’école régulièrement pendant un an avant de donner son accord. Gérard Chauveau, chercheur spécialiste de l’apprentissage de la lecture chez les enfants, accepte de se joindre au projet pour prendre en charge la partie théorique. A son tour, il passe deux jours par mois dans les classes pour assimiler et analyser le travail des enseignantes. Une organisation originale dans le monde de l’édition – en général, c’est l’éditeur qui choisit ses auteurs et les fait travailler autour d’un projet déjà défini – mais qui va porter ses fruits. En 1996, la méthode de lecture Mika sort sur le marché et fait très vite partie des trois méthodes les plus utilisées en France. 300 000 cahiers d’exercices pour les élèves ont été vendus en 2001.