5 questions à… une professeure d’arts-plastiques

Martine Bideau, 51 ans, professeur d’arts plastiques, est coordinatrice du projet DECLIC (Développement expérimental d’un collège-lycée d’initiative citoyenne), qui s’est concrétisé le 4 novembre par l’ouverture des deux premières unités pédagogiques expérimentales. Ce jour là, les élèves ont fait leur rentrée au nouveau collège de Grigny.

A qui s’adresse la pédagogie DECLIC ?

En partenariat avec l’Inspection académique de l’Essonne, nous accueillons 22 primo-arrivants francophones âgés d’au moins 16 ans, de niveaux très hétérogènes. Notre objectif, grâce à un enseignement individualisé, est de leur permettre une orientation au lycée ou dans des structures spécialisées.

Quelle est la spécificité de votre action ?

L’enseignement y est envisagé dans une perspective transversale, en croisant au moins deux disciplines dans des séquences dites “temps de projet”. A partir d’une problématique donnée, les élèves doivent mener un projet par petits groupes, qui aboutit à une production commune. Une exposition sur le développement durable a par exemple servi de point de départ à une recherche sur l’eau, mêlant sciences physiques, géographie, lettres et arts plastiques. Ces séquences sont complétées par des temps d’apprentissage, plus centrées sur les besoins individuels. Nous proposons aussi un système de conseil hebdomadaire pour que les élèves puisse s’exprimer sur l’organisation de leurs apprentissages.

Quel est le profil de l’équipe enseignante ?

Nous sommes cinq enseignants certifiés et détachés à titre provisoire, pour un an. Nous sommes répartis en deux pôles d’apprentissages, scientifique et littéraire. Toutes les disciplines sont proposées, à part le sport, dont les modalités pratiques restent à définir, et les langues, pour lesquelles il manque des enseignants détachés.

Comment comptez-vous essaimer ?

Nous coopérons déjà avec nos collègues dans le cadre d’itinéraires de découverte et d’aide aux devoirs, dans trois classes du collège. A terme, l’idée est d’étendre ce projet à tous les élèves de l’établissement.

Question rituelle

Et si vous aviez le pouvoir de faire évoluer le système, que proposeriez-vous ?
Je proposerais que les jeunes enseignants aient une approche beaucoup plus approfondie de l’histoire de la pédagogie et tiennent davantage compte des textes officiels. Une meilleure application des itinéraires de découverte et des TPE permettrait d’insuffler progressivement du renouveau dans la relation aux savoirs, dans la relation enseignants – élèves et dans la relation des élèves entre eux.

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.