Associer curiosité, imaginaire, progrès en expression écrite et apprentissages multiples, c’est ce qui a motivé une association d’enseignants des académies de Caen et de Versailles à créer Anvie la Corbeline. Le premier village interactif français se situe dans l’un des méandres de la Seine, entre la forêt de Brotonne et le pays de Caux, en 1866. Ici, ni animations ni vidéo. La présentation du village se fait par touches. Graphiques, avec sa galerie de portraits, sa carte, ses nombreuses illustrations. Textuelles, à travers les aventures du village, les chroniques et autres contes.

Une correspondance anachronique 

« Le site est plus une interface de communication qu’un support de promenade dans le village », résume Thierry Lacheray, coordonnateur pédagogique ANVIE. Ce décor sert de point de départ à une correspondance par mail avec l’un des dix-huit personnages « actifs » d’Anvie. Aux élèves de choisir leur correspondant virtuel pour l’année, description physique et profil détaillé à l’appui. Le caractère anachronique des échanges permet à l’élève de s’interroger sur le monde où il vit pour l’expliquer et le comparer à celui de son correspondant qui ne connaît rien du futur. 

Des Anvieux du XIXe siècle

Les élèves s’intéressent à la vie du XIXe siècle ; les Anvieux les interrogent sur les progrès des transports, de la communication et les amènent à réfléchir sur des sujets de société. Des interrogations qui servent de point de départ pour leurs recherches en sciences, en histoire, en mathématiques… « À l’origine, le concept était destiné au cours moyen et à des enfants ayant des problèmes de lecture. Depuis, les classes concernées se sont diversifiées, de la grande section de maternelle à la fin du collège où cet outil est souvent envisagé dans une optique transversale », note Thierry Lacheray.


 


Plus de 1000 élèves inscrits



Depuis quatre ans, l’initiative connaît un succès croissant : « 80 % des enseignants renouvellent l’abonnement chaque année », et plus de 1000 élèves sont actuellement inscrits. Mais il faudra attendre la publication d’une étude commandée par l’INRP (Institut national de recherche pédagogique) en juin 2003 pour connaître les effets de l’utilisation d’Anvie sur l’expression écrite des élèves.