Enseignement professionnel

-Le SNUEP-FSU dénonce la décentralisation
-Re-motivation contre alternance
-Le SNALC approuve
-Le SNETAA-EIL voit de ''lourdes ambiguïtés''

Le SNUEP-FSU dénonce la décentralisation

Lors d’une audience des syndicats au ministère de l’Education nationale sur l’enseignement professionnel, le 8 novembre dernier, le SNUEP-FSU a exprimé « la vive inquiétude des PLP (professeurs de lycée professionnel) et des personnels d’éducation face aux propositions relatives au projet de décentralisation ». Le syndicat demande au ministre Luc Ferry de « faire cesser la confusion sans cesse entretenue entre l’enseignement professionnel public et laïque et la formation professionnelle », estimant qu’ « il serait criminel de faire disparaître [l’enseignement professionnel] au profit d’une logique marchande de la formation ». Pour le SNUEP, « le développement de formations locales sous la responsabilité de politiciens locaux et des branches professionnelles n’engendrera pas une valorisation de la voie professionnelle », alors que « l’enseignement professionnel a le mérite d’assurer une formation générale, citoyenne, professionnelle dans le cadre d’un projet éducatif développant une diversité d’actions culturelles ».


Re-motivation contre alternance

A propos du collège, le SNUEP estime que « proposer [aux jeunes en échec scolaire] l’alternance entre l’école et l’entreprise, c’est déjà les mettre un peu hors de l’école et accepter qu’ils en sortent sans posséder les savoirs de base. (…) La réussite de leur re-motivation nécessite un changement de méthodes, de structures, de lieux d’enseignement, de nouvelles matières dans lesquelles ils réussissent et qui les valorisent. A l’évidence l’alternance au collège va fournir un vivier pour un contrat jeune honteux qui ne s’inscrit pas dans un acte éducatif visant à l’acquisition d’une véritable qualification professionnelle (…) Nos établissements ont les compétences et le matériel pour accueillir ce type d’élèves dès la 4ème si nécessaire dans la perspective d’une re-motivation. »


Le SNALC approuve

Le SNALC-CSEN « se félicite de la consultation organisée par M. Ferry (…) au sujet de l’enseignement professionnel: (…) de la technologie au collège à l’orientation à l’université, tous les sujets seront pris en compte. » Le SNALC « approuve la volonté de donner aux élèves la possibilité d’une orientation dès la classe de cinquième, la formation jusqu’à la classe de troisième pouvant être suivie en d’autres lieux qu’au collège » et « espère voir établir un bilan sur l’enseignement technologique et les expériences en cours (bac pro en 3 ans, validation des diplômes, contrôle en cours de formation) ».


Le SNETAA-EIL voit de « lourdes ambiguïtés »

Le SNETAA-EIL estime pour sa part que de « lourdes ambiguïtés » existent dans les annonces ministérielles sur l’enseignement professionnel, et il reste « dubitatif quant à la volonté de clore ces chantiers dès la mi-décembre ». Le syndicat considère comme un « pas en avant » le rétablissement « d’une forme d’orientation au cours du collège », mais précise que « confier les remèdes ou les valorisations à l’entreprise, c’est concrétiser un profond recul de l’école publique et laïque ». Il « attend du ministre qu’il s’attaque à la pensée ultra-dominante du corps des ‘savoirs communs’ quasi identiques pour tous et dont la dimension des savoirs professionnels est résolument exclue. » Le syndicat dénonce aussi la tentative du ministre « d’uniformiser le lycée » en proposant notamment le baccalauréat professionnel en trois ans, « destruction implicite du BEP », selon le syndicat.

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.