Les itinéraires de découverte

Les itinéraires de découverte sont des enseignements obligatoires interdisciplinaires pour les classes de 5eme et de 4eme.

29 août 2002 : L’organisation et les questions de responsabilité

Ce BO en présente les modalités administratives d’organisation et précise les responsabilités des enseignants, notamment lors des sorties hors de l’établissement.
www.education.gouv.fr/bo/2002/31/default.htm


Interview


Professeur de français au collège Jean-Jacques Rousseau à Creil (Oise), Jean-Michel Zakhartchouk est co-auteur, avec Florence Castincaud, d’un ouvrage de référence sur les croisements de disciplines au collège*.

Comment construire un bon itinéraire de découverte ?

Il faut rester simple. Une idée peut être intellectuellement séduisante mais irréalisable. Un bon itinéraire implique pleinement les élèves. Lorsqu’on cherche des idées, il faut garder en tête son objectif (exercer à la recherche documentaire, améliorer l’expression orale…) et les capacités des élèves. Et savoir trouver une documentation adaptée, en consultant les sites des CRDP (Centres régionaux de documentation pédagogique) ou en s’inspirant des magazines de jeunes qui font de la vulgarisation. Surtout, l’itinéraire doit déboucher sur une production : petit journal, exposés, vidéo, exposition…

Certaines disciplines se marient-elles mieux que d’autres ?

Si le français se croise avec un grand nombre de disciplines, le pôle littéraire rencontre trop rarement le pôle scientifique. Et il reste difficile de trouver des itinéraires de découverte en langues, surtout en 5e, car le niveau linguistique des élèves est encore limité. On s’aperçoit qu’il est intéressant de croiser deux matières a priori éloignées, parce qu’ainsi, leurs champs d’application se distinguent mieux. Avec un professeur de sciences physiques, nous travaillons en 5e sur les changements d’état de l’eau. Les élèves font des expériences avec lui et abordent avec moi le thème sous son aspect symbolique, avec des contes, des poèmes, des textes littéraires. Et nous mettons en commun ces approches différentes.

Qu’apportent ces croisements de matières aux élèves ?

Ils leur font comprendre que, pour toute question, il existe différents regards et démarches. Si l’on croise les arts plastiques et les maths pour étudier l’architecture du Moyen Age, les jeunes comprendront mieux l’utilité de la géométrie, et donc toute sa valeur, y compris symbolique. Et c’est une occasion en or de faire travailler ensemble les élèves. Et les professeurs. 

                                                                                             Jérôme Citron


*Florence Castincaud, Jean-Michel Zakhartchouk, Croisements de disciplines au collège, CRAP-Cahiers pédagogiques-CRDP d’Amiens, 2002, 180 pages.
www.cahiers-pedagogiques.com

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.