A l’école des maîtres

Animateur en camion pédagogique, instituteur puis professeur des écoles en ZEP… Véritable « touche-à-tout », Vincent Breton est devenu maître formateur il y a 14 ans.

C’est lorsqu’il sillonnait les routes de Haute-Provence dans son camion pédagogique que ses qualités d’animateur et de pédagogue se sont révélées. Instituteur depuis 1982, Vincent Breton, de retour à Paris en 1987 devient maître-formateur en 1988 : « Six ans d’ancienneté comme instituteur, c’est peu. Mais j’avais envie de faire passer mon petit savoir-faire, de forcer le dialogue pédagogique. », puis professeur des écoles en 1990, « pour avoir le même statut que mes contemporains ».

                « Une pointe de schizophrénie »

En parallèle, il enseigne successivement dans des écoles des XVIIe, XVIe et XIXe arrondissements de Paris. Malgré un « éclatement des tâches » et une charge de travail supplémentaire, la fonction lui semble toujours aussi gratifiante. Par goût du questionnement permanent, par refus de l’acquis. « Etre maître-formateur, ça implique beaucoup d’humilité et de psychologie. » A lui de déceler chez un stagiaire une éventuelle incapacité à enseigner. « Ça demande aussi une pointe de schizophrénie, plaisante-t-il. Je fais la classe mais je dois être capable d’analyser comment je la fais… ».

                       « Un pouvoir du savoir »

Il prépare ainsi ses stagiaires à ce qu’il observe dans ses classes de primaire. « Les enfants sont bien plus matures qu’il y a quelques années, et ils n’acceptent plus l’autoritarisme. »
Parmi les préceptes qu’il s’efforce d’inculquer à ses stagiaires, certains lui tiennent particulièrement à cœur. « Il faut introduire de la distance par rapport à sa fonction. L’humour peut s’avérer utile pour gérer un groupe ou un conflit. Un de mes chevaux de bataille, c’est de privilégier l’activité à la recherche de la discipline à tout prix. Etre là pour montrer qu’il y a un pouvoir du savoir. »


 


                                                                     Fanny Rey

Modalités

Pour devenir maître formateur, il faut obtenir le Certificat d’aptitude aux fonctions d’instituteur ou de professeur des écoles maître formateur (CAFIPEMF) que l’on peut passer après cinq ans de métier. Les épreuves, annuelles, se déroulent en trois temps : une séquence en classe, éliminatoire ; la rédaction d’un mémoire professionnel et sa soutenance ; la critique d’une leçon conduite par un stagiaire ou l’animation d’une discussion pédagogique. Inscription auprès de l’Inspection académique.

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.