5 questions à… Jacques Chenuil

Jacques Chenuil, 59 ans, a derrière lui une carrière de professeur d’histoire au collège dans l’Essonne. A la rentrée 2001, il a lancé la Clio (classe d’intégration et d’orientation) au lycée professionnel Baudelaire d’Evry (91), une plate-forme d’intégration scolaire pour les primo-arrivants francophones utilisant le théâtre.

Comment est née la Clio ?

L’automne dernier, l’Inspection d’académie de l’Essonne m’a contacté pour développer un projet centré sur l’accueil des primo-arrivants francophones. Depuis janvier, avec six autres enseignants, nous accueillons des jeunes venus en France dans le cadre du regroupement familial ou issus de zones de conflit comme le Rwanda, le Congo-Kinshasa.

Quelle est la structure de cette classe à part ?

Nous accueillons un groupe de seize jeunes, âgés de 17 à 20 ans, en respectant la mixité sociale et l’équilibre filles-garçons. L’emploi du temps s’organise autour d’une remise à niveau personnalisée en français, en maths, en anglais, en histoire-géo, d’un module d’adaptation à la vie en France et de cinq heures de théâtre hebdomadaires, l’élément central du dispositif.

Quels étaient vos objectifs, en optant pour le « Théâtre de l’opprimé » d’Augusto Boal ?

L’idée de ce théâtre politique, c’est d’expérimenter ensemble des solutions possibles à des problèmes vécus comme des échecs personnels. Concrètement : on monte des histoires où les élèves se sont retrouvés en situation de difficulté, d’injustice, à partir de thèmes comme la polygamie, le mariage forcé, le racisme ordinaire… La particularité de ce « théâtre-forum », c’est que la pièce est jouée deux fois. La deuxième, le spectateur intervient dans le spectacle pour proposer des moyens de résoudre le problème de l’opprimé.

En attendant la prochaine rentrée, quel bilan tirez-vous de cette première expérience ?

Le bilan est impressionnant ! Nos élèves sont sortis de leur prostration initiale. Le théâtre a généré une dynamique de groupe, une grande solidarité et un respect mutuel. Sur le plan scolaire, tout le monde a bénéficié d’une orientation choisie – pour la quasi-totalité en 2nde BEP – avec le souci pour beaucoup d’une formation « utile au pays ».

Question rituelle

Et si vous aviez le pouvoir de faire évoluer le système, que proposeriez-vous ?
Je proposerais que les équipes pédagogiques qui ont la volonté de monter un projet ensemble, qu’elles soient issues d’un même établissement ou non, puissent le mettre en œuvre sans se heurter à des contraintes telles que le système de mutation. Il faudrait aussi que chaque établissement scolaire dispose d’un espace de parole collective, qui soit en même temps un espace de représentation.

Partagez l'article

Google

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.