L’enseignement catholique attire les vocations

Les campagnes de communication menées par l’enseignement catholique semblent porter leurs fruits: 60,7% des postes ouverts au concours du CAFEP à la session 2002 ont été pourvus, indique l’UNAPEC (Union nationale pour la promotion pédagogique et professionnelle dans l’enseignement catholique), un résultat en progression. 7 200 étudiants ont postulé à 2020 postes pour la session 2002, contre 6 500 en 2001. Mais le secteur n’est pas au bout de ses peines: il devra recruter près de 30 000 enseignants au cours des dix prochaines années.


Strasbourg : 15 estrades sans professeur

L’enseignement public semble moins couru, malgré de grosses campagnes de communication, comme le montre l’académie de Strasbourg où certaines disciplines affichent de sérieux problèmes de recrutement: « En mathématiques, 15 postes ne sont pas pourvus alors que le rectorat ne dispose sur son listing que de 3 vacataires, explique Pascal Kittel, secrétaire général du SGEN-CFDT du Bas-Rhin. La situation est similaire en sciences physiques, en anglais, en allemand et en histoire-géographie. Les problèmes d’encadrement sont sensibles aussi dans le 1er degré, où l’on compte 25 élèves par classes lorsque la moyenne nationale est de 23. »